[Interview de Benjamin Dariouch] Faites-vous cette erreur à ne pas faire dans votre alimentation lorsqu’on est coureur à pied ?


Au cours de cette interview, Benjamin Dariouch, qui a fait l’objet d’apparitions médias sur France 5, Téva, France Inter,…Il explique des notions importantes pour avoir une alimentation saine, équilibrée mélangé à la recherche d’énergie et de performance tout au long de la journée.

Note personnelle de Maxence : Le site de Benjamin est vraiment excellent. Les informations sont précises, pointues,…Bref, je suis sûr que le site va vous plaire.

L’interview au format audio :

Au dessus de ce message, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton « play » du lecteur Audio pour écouter l’interview, il se peut que le lecteur mette quelques secondes avant d’apparaître.

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton « play » ou le télécharger en cliquant sur « télécharger » ou en faisant un clic droit ici puis « enregistrer le lien sous…. »

L’interview au format vidéo :

Vous pouvez retrouver Benjamin Dariouch sur :

-Son site Naturacoach

-Sa chaîne Youtube

-Sa page fan facebook

-Son compte twitter

Transcription texte de la vidéo :

Bonjour à tous. Ici Maxence Rigottier de blog course à pied. Aujourd’hui je suis avec Benjamin Dariouch qui a un blog qui s’appelle Naturacoach, donc si vous ne connaissez pas Benjamin, il a déjà fait l’objet de plusieurs apparitions médias par rapport à la nutrition. Tu as par exemple été dans un documentaire sur France 5 « Plats préparés, que cachent-ils ? ». Egalement dans d’autres émissions sur Teva et plein d’autres médias. Tu es coach en nutrition, donc je vais te laisser un petit peu te présenter et nous expliquer ensuite les réponses à la question par rapport à l’alimentation du sportif.

Maxence Rigottier : Salut Benjamin !

Benjamin Dariouch : Bonjour Maxence. Merci de me recevoir. Pour me présenter très rapidement, après avoir travaillé comme consultant plusieurs années, notamment auprès de la grande distribution et l’industrie, j’ai voulu passer complètement de l’autre côté en justement créant une société pour prodiguer des conseils sur la nutrition mais à base d’une alimentation saine de produits bruts, à l’opposé des industriels auprès desquels j’avais pu travailler en voyant comment ça se passait derrière “les rideaux”. Le but pour moi, de Naturacoach et de tous les services que je peux proposer, c’est d’offrir au plus grand public l’information la plus objective, la plus récente scientifiquement, la plus pointue, mais aussi la plus accessible possible pour que chacun puisse devenir acteur de sa santé et faire les meilleurs choix alimentaires par rapport donc à sa santé et à ses objectifs de minceur, de sport etc., pour soi et pour la planète.

Maxence Rigottier : En quelle année avais-tu créé ce blog ?

Benjamin Dariouch : Enfin c’est plus qu’un blog, pour moi c’est une plateforme. Il y a une partie blog qui me permet de me faire connaître mais après j’ai mes programmes en ligne, et puis j’ai des services physiques sur Paris. Ça fait trois ans que j’ai créé cette société.

Maxence Rigottier : Beau succès là depuis ces trois ans puisque tu es bien développé et tu es en plus connu.

Benjamin Dariouch : Oui, les gens sont demandeurs en fait parce que mon originalité c’est que j’offre notamment au travers des vidéos de mon blog une information très vulgarisée mais à la fois pointue. Il n’existe pas forcément beaucoup par ailleurs, et à ça les gens sont très très friands et très demandeurs. En fait, contrairement à ce ce qu’on pourrait croire, ils veulent comprendre, ils veulent qu’on leur explique pour mieux acheter derrière ensuite.

Maxence Rigottier : Ma première question : quelle est la semaine type idéale pour un coureur à pied et un sportif pour que tout soit réuni en ayant une superbe alimentation, énormément d’énergie, et également si on recherche la performance ? Qu’est-ce que tu conseillerais ?

Benjamin_Dariouch

Benjamin Dariouch : Tu comprendras bien que c’est difficile de dégager comme ça une semaine complète type parce que ça m’obligerait à expliquer beaucoup de phénomènes, parce que moi, à ma différence, je ne donne jamais de menu type à suivre sans réfléchir, mais en fait je donne les explications pourquoi le corps fonctionne de telle ou telle manière, et chacun ensuite peut adapter par rapport à ses goûts. Après il y a quand même comme des grandes règles, en gros avant même de rentrer dans les types d’aliments, pour moi le premier effort fondamental, sportif ou non d’ailleurs, parce que c’est l’une des erreurs je pense, d’ailleurs puisqu’on parle de ce type, c’est là où cela peut être intéressant pour tes lecteurs : la pire erreur que je peux voir parmi des sportifs, et notamment chez les runners – les coureurs à pied – c’est de s’occuper un peu de leur assiette à partir de quinze jours avant une compétition, avant un marathon par exemple ou un semi-marathon, et le reste de l’année d’en avoir rien à fiche. Le problème c’est que le corps – ses mécanismes, la santé – ça s’éduque tout au long de l’année, c’est pas juste au moment des compétitions, c’est pas juste de se blinder de pâtes trois jours avant. Et donc là déjà, la base c’est de manger ce que j’appelle des vrais aliments, c’est-à-dire pas d’aliments industriels, pas d’aliments transformés, le maximum d’aliments bruts. C’est quoi des aliments bruts ? C’est des fruits, des légumes, de la viande, du poisson, des œufs mais de base non transformés, des herbes, des épices, des oléagineuses – c’est-à-dire les amandes, les noix et les noisettes – des fruits secs, un peu de céréales, pas trop même pour les sportifs contrairement à ce qu’on pourrait croire. Donc voilà, des légumineuses aussi ; les légumineuses sont une famille d’aliments que je mets beaucoup en avant dans mes conseils, parce que c’est à la fois riches en protéines végétales, donc c‘est intéressant pour varier son apport en protéine et ne pas abuser des protéine animales, et c’est à la fois riches en fibre, en certains minéraux et en glucide, moins que les céréales mais c’est quand même assez riches en glucide, donc ça permet aussi de ne pas trop surconsommer de céréales. Et pour les céréales, c’est plutôt à circonscrire aux jours d’entraînement, idéalement pour récupérer par exemple le repas après l’entraînement, pour récupérer et refaire dans les vingt-quatre heures qui suivent ses réserves de glycogène musculaire, parce que ça met au moins douze à vingt-quatre heures à se refaire les réserves de glycogène musculaire, et là si j’avais juste un sujet en gros à évoquer encore, voilà tout ce qui concerne les aliments de base qu’on retrouve chez 99 % des coureurs et des sportifs d’endurance, tout ce qui est pâte, tout ce qui est pain, tout ce que les gens pensent être des glucides longs. En fait il faut savoir que cette notion de glucide long, glucide rapide ou sucre simple, sucre complexe, c’est complètement dépassé depuis un moment déjà, depuis plusieurs dizaines d’années. Aujourd’hui tous les spécialistes ne parlent plus que d’indice glycémique, je suppose que tu connais.

Maxence Rigottier : Oui, je le connais.

Benjamin Dariouch : La notion d’indice glycémique, c’est pas le temps que ça met à digérer mais c’est la capacité des glucides d’un aliment à faire monter plus ou moins le taux de glucose dans le sang. Certes, par exemple un légume, des épinards, ça va faire à peine monter le taux de glucose dans le sang , et donc derrière un taux d’insuline proportionnel qui va monter – l’insuline est l’hormone qui permet à ton corps ensuite d’utiliser ce glucose par tes cellules qui vont l’utiliser comme source d’énergie primaire, ensuite on a une autre partie qui va rester pour circuler dans le sang, une autre partie qui va aller justement dans les muscles se stocker sous forme de glycogène, etc ;. Et tu as des aliments comme la baguette blanche, comme le sucre, comme beaucoup d’aliments industriels, qui vont faire monter très fortement le taux de glucose – c’est ce qu’on appelle un pic d’insuline proportionnel – et le problème c’est que quand l’insuline monte très fortement, derrière tu peux faire une hypoglycémie réactionnelle, c’est-à-dire que comme l’insuline est monté tellement fort que ton corps va avoir du mal à gérer ce surplus de glucose d’un coup, et parfois le taux de glucose va chuter aussi brutalement, donc tu vas avoir un gros coup de barre derrière. Souvent les gens qui prennent par exemple au petit déjeuner des céréales blanches super sucrées, une heure après ils ont encore faim, ils ont à nouveau envie de grignoter un truc sucré. Dans tout ça, les aliments céréaliers raffinés, ils font ces pics d‘insuline, et de toutes les céréales, le blé est celle qui a plutôt tendance à avoir l’indice glycémique le plus élevé. Donc le blé, sans même parler du gluten, est de loin la céréale la moins intéressante.

iStock_000006888113XSmall

Maxence Rigottier : Et donc, tu évoquais là tout à l’heure qu’il y a beaucoup de coureurs qui se prennent deux semaines à l’avance parce qu’ils n’ont pas eu une obligation alimentaire. Explique-nous quels sont les principaux problèmes que rencontrent les sportifs lorsqu’ils rejoignent ton programme de coaching, les quelques problèmes récurrents qui se retrouvent à chaque fois.

Benjamin Dariouch : Après, il y a beaucoup de problèmes courants un peu à tout le monde, sportif et non sportif : c’est de la fatigue, déjà beaucoup. Alors la fatigue, elle peut venir parfois du surentraînement, c’est sûr. Le carburant primaire c’est quand même l’alimentation, donc forcément, que ça a un rôle fondamental à jouer. Certes que quand des gens par exemple ont envie de faire la sieste après le déjeuner, voilà qu’ils ont toujours le coup de barre vers quatorze, quinze heures – je pense qu’il y a en beaucoup qui se reconnaîtront là dedans – ou il y a aussi des problèmes de douleurs, de tendinites, de douleurs aux articulations, là l’alimentation a aussi un rôle important à jouer parce que ça c’est surtout une question d’équilibre acido-basique. Quand les gens en mangent beaucoup trop de céréales, de produits industriels, de sel, trop de protéines animales, et là ça crée un déséquilibre qui puise des minéraux dans les os, dans les muscles, dans les tendons, et ça favorise les douleurs et les mécanismes inflammatoires, donc c’est aussi un gros problème chez les sportifs. Oui, c’est les problèmes les plus courants : fatigue, douleurs articulaires, mais c’est pas un problème chez les sportifs d’endurance, c’est un problème que l’on retrouve surtout dans les sports de force, musculation, là où ils ont plus de demande sur la prise des muscles.

Maxeme Rigottier : Et par rapport justement au plats préparés, c’est à cause à trop de produits de synthèse et des choses rajoutées dedans, c’est pas bon pour les os.

Benjamin Dariouch : Enfin, globalement c’est pas bon, c’est sans intérêt pour deux aspects : si tu veux il y a l’aspect ingrédients de base, par exemple prenons un hachis Parmentier – on ne va pas citer de marque mais celle-ci est une marque de base au supermarché : tu as de la viande, des pommes de terre. Enfin c’est ce que j’appelle les ingrédients de base. Dans les plats préparés, déjà il n’y a aucune obligation, en tout cas pour le moment, peut-être que suite à l’histoire de la viande de cheval il va y avoir une obligation sur l’origine de la viande, c’est en discussion, mais bon pour l’instant il n’y a aucune obligation d’indiquer la provenance des ingrédients, c’est-à-dire qu’on ne sait pas d’où vient la viande, d’où vient la pomme de terre, de quel pays…

Maxence Rigottier : Ça peut être de n’importe où dans le monde.

Benjamin Dariouch : Voilà, alors que quand tu achètes de la pomme de terre ou de la viande de manière brut, là c’est obligé d’indiquer d’où elle vient. Il y a ce problème là, en général on peut être à peu près sûr que c’est la qualité la plus basse possible puisque le but de l’industriel c’est à la fois de réduire ses coûts au minimum…

Maxence Rigottier : d’augmenter ses profits .

Benjamin Dariouh : Oui voilà, d’augmenter sa marge, parce qu’il y a quand même aussi la faute en partie des clients qui eux demandent toujours le prix le plus bas. Il y a un moment où il faut comprendre qu’on ne peut pas demander toujours les prix les plus bas de l’alimentaire en espérant garder de la qualité parce que si on veut que ça soient des produits issus d’agriculteurs par exemple plus ou moins locaux français et qu’il aient un minimum de quoi vivre, il faut bien payer un prix minimum. Et donc ce que je dis souvent, il vaut mieux téléphoner quelques heures de moins par mois et payer moins de forfait et dépenser un peu plus sur son alimentation. Donc il y a ce problème d’ingrédients de base, donc si on caricature, pour rester sur l’exemple du hachis Parmentier, ça va être des pommes de terre, des légumes sont le produit le plus industriellement possible, les pommes de terre donc bourrées de pesticides, de la viande industrielle gavée aux céréales et aux antibiotiques issus d’on ne sait quel pays. Et ensuite il y a donc ce problème d’ingrédients de base qui sont nutritionnellement sans aucun intérêt, et ensuite il y a effectivement, et ceci dépend des plats préparés, plus ou moins d’additifs. En général, forcément, vu que les ingrédients de base sont mauvais, ils sont obligés de mettre beaucoup de sel pour cacher le goût, des exhausteurs de goût.

Maxence Rigottier : C’est comme les boîtes de conserve, c’est extrêmement salé.

Benjamin Dariouch : On ne va pas faire toute la liste des additifs parce que ça dépend fortement des plats mais en gros ce qu’il faut retenir c’est que nutritionnellement c’est manger du vent, ça n’apporte rien du tout.

Maxence Rigottier : D’accord. Et c’est juste les plats préparés, par exemple j’ai appris quelque chose, je ne savais pas du tout qu’on n’avait pas le droit de pas mettre l’origine d’où venait la viande. Il y a énormément d’aliments ou on n’est pas obligé de dire d’où provient le produit final.

Benjamin Dariouch : Oui, dans les aliments transformés, à partir du moment où tu as une liste d’ingrédients ou c’est un mélange, ou bien c’est une sauce, même une ratatouille de base. Si tu achètes une ratatouille dans un pot…

Maxence Rigottier : En boîte de conserve ?

Benjamin Dariouch : En boîte en verre, avec la courgette, tomate et cela, il n’y a pas d’obligation d’indiquer la provenance des légumes.

Maxence Rigottier : Donc ce qui est logique, c’est moins cher et on gagne du temps, mais la qualité est déplorable.

Benjamin Dariouch : Oui, après tu trouves par exemple qu’il y a des marques dans des magasins bios où eux-même sur des produits transformés indiquent l’origine, mais ils le font dans une démarche volontaire, c’est pas obligatoire.

Maxence Rigottier : Une démarche « éthique ».

Benjamin Dariouch : Oui.

Maxence Rigottier : Egalement, quel aliment doit-on manger au quotidien lorsqu’on est sportif ?

Benjamin Dariouch : Que l’on doit manger ou que l’on ne doit pas manger ?

Maxence Rigottier : Que l’on doit manger, est-ce qu’il y aurait un aliment qu’au quotidien c’est bien de manger ?

Supermarket Shopper

Benjamin Dariouch : Il n’y a pas d’aliment magique. L’alimentation est une symbiose, et l’interaction aussi entre les aliments est importante. Donc je ne parlerai pas d’un aliment mais ce que je dirai plutôt et je profiterai de ta question pour parler d’un sujet. Je pense que la plupart des gens en général, et notamment les sportifs, mangent beaucoup trop de glucides et pas assez de bonnes graisses, parce que pendant des années , depuis trente ans et ça je le raconte très bien dans plusieurs vidéos sur mon blog, comment pendant trente ans on nous a rabâché les oreilles du fait qu’il fallait absolument manger moins gras, que c’est les graisses qui provoquent les maladies cardio-vasculaires et l’obésité, alors qu’en parallèle on en a profité pour vendre des produits light – des produits légers – mais des produits légers encore en matière grasse. Je prends un exemple typique : les céréales de petit déjeuner Spécial K, tout le monde voit ce que c’est, dessus sur le paquet il y a marqué en gros « pauvres en matières grasses », les publicités sont toutes tournées autour du fait que c’est des céréales soi-disant idéales pour garder la ligne, alors qu’en fait il s’agit majoritairement donc de céréales raffinées, de pétales de blé blanc, de riz blanc, et bourrées de sucre. Vous mangez un bol de Spécial K, il y a à peu près l’équivalent de trois morceaux de sucre dedans, et donc en fait depuis trente ans cette explosion des produits sucrés et de produits raffinés, et en plus si on rajoute par-dessus ça le fait qu’on a rentré dans la tête des gens qu’il fallait manger plein de féculents à chaque repas. Ça c’est les recommandations officielles en France et en d’autres pays, le Programme National Nutrition Santé (PNNS) nous dit de manger des céréales à chaque repas, alors qu’en parallèle les gens ne mangent pas assez de graisses qui sont indispensables à la santé -des graisses qu’il faut bien choisir bien entendu – le but n’est pas de se gaver d’huile de palme mais de manger pas mal de graisses mono insaturées, c’est-à-dire de l’huile d’olive, des avocats, il y en a aussi dans tout ce qui est amande, noisette, etc., des graisses polyinsaturées, majoritairement oméga 3, un peu de poison gras par semaine, sardine, maquereau, hareng, saumon, un petit peu de graisse saturée contrairement à ce qu’on croit, il ne faut pas les éliminer complètement., il faut en garder un peu mais après c’est une question de bien les choisir. En gros si on mange un tout petit peu de viande, voire un tout petit peu de produits laitiers, pas trop non plus – ça c’est aussi quelque chose contre laquelle je me bats : la surconsommation de produits laitiers – c’est bien aussi, et le fait de manger suffisamment de bonnes graisses ça permet au corps de mieux puiser aussi dans ses réserves de graisse quand on fait du sport, et donc de préserver plus longtemps ses réserves de glycogène. Si tu veux avoir une alimentation suffisamment riche en bonne graisse, avec un minimum de glucide aussi, bien sûr, ça permet ensuite d’habituer ton corps de devenir « plus performant » parce qu’il aura une meilleur gestion de ses réserves énergétiques entre les graisses et les glucides.

Maxence Rigottier : Alors en gros tu as constaté que beaucoup de personnes mangeaient trop de graisses, les mauvaises graisses ?

Benjamin Dariouch : Surtout trop de glucide, de se gaver de pain, de pâte, de cornflakes à tous les repas.

Maxence Rigottier : Et aussi tu disais que justement une surconsommation de produits laitiers. Que beaucoup trop de gens boivent trop de lait ou mangent trop de fromage.

Benjamin Dariouch : Oui, alors c’est un sujet très complexe, qui peut être difficilement résumé là en quelques secondes. J’ai une vidéo de vingt minutes sur le sujet sur mon site si les gens sont intéressés ; il y a un livre absolument de référence sur ce sujet qui s’appelle « Les mensonges et propagandes » de Thierry Souccar si les gens sont intéressés à ce sujet, en gros c’est pas le fait forcément d’éliminer complètement les produits laitiers, ça va dépendre un peu de chacun. Beaucoup plus de gens qui sont intolérants aux produits laitiers, qu’est-ce qu’on peut croire. Déjà qu’il ne sert à rien de les forcer à manger des produits laitiers alors que ça les rend malades, il y a beaucoup de gens qui ne digèrent pas le lactose qui est le sucre du lait, parce qu’ils ne produisent plus de lactase qui est l’enzyme qui permet de digérer le lactose, c’est-à-dire que c’est des gens qui vont avoir des problèmes de ballonnement après avoir manger un produit laitier, notamment du lait, parce que c’est dans le lait liquide qu’il y a le plus de lactose. Les protéines des produits laitiers provoquent des pics d’insuline comme ceux dont je parlais tout à l’heure, et le problème des pics d’insuline c’est que ça entraîne des mécanismes inflammatoires, et chez certaines personnes ça peut favoriser l’acné aussi, c’est pour cela que les produits laitiers peuvent favoriser l’acné chez certaines personnes, et surtout ce qu’il faut retenir en gros, pas forcément l’éliminer complètement mais on peut en manger un peu si on n’est pas intolérant, mais un peu c’est maximum un produit laitier par jour, de préférence des produits à base de lait cru, que c‘est nutritionnellement plus intéressant, et pas du tout les trois à quatre que les recommandations officielles, influencées très fortement par le lobby laitier, veulent nous faire avaler. Et il faut retenir que les deux tiers de l’humanité ne mangent pas de produits laitier ou quasiment pas : en Afrique et en Asie ils s’en passent très bien, au Japon ils vivent très bien même plus vieux que nous et ils ont moins d’ostéoporose, et donc ils n’ont pas de problème pour se passer de produits laitiers. Il faut retenir que le calcium, contrairement aussi à ce que les nutritionnistes payés par l’industrie laitière veulent nous faire croire, on le trouve dans plein d’autres aliments, très bien absorbés , que ce soit les amandes, les crucifères, surtout ce qui est chou, brocoli, toute la famille des choux c’est si riche en calcium, les légumes verts aussi, comme le persil. Aujourd’hui il y a même des eaux minérales riches en calcium comme Hepar, Contrex, il y a même des boissons végétales c’est-à-dire des laits d’amande, des laits de riz qu’on enrichit en calcium avec de la poudre d’une algue pour ceux qui stresseraient trop de manquer de calcium sans prendre du laitier, bref le choix est suffisamment large si l’on a une bonne alimentation pour avoir tous les apports nécessaires en calcium sans forcément manger trop de produits.

Maxence Rigottier : Exactement, tu viens là d’expliquer justement par rapport à l’Asie. Je suis déjà allé au Japon et en Thailande, et clairement là-bas c’est quasiment à chaque fois où je me sentais le mieux sur le plan de la santé puisque c’est extrêmement équilibré, c’est varié en petites quantités, et du coup on se sent vraiment bien sans avoir de coup de barre toute au long de la journée.  Egalement comment perdre du poids, et lorsque l’on a perdu, comment ne pas reprendre le poids que l’on vient de perdre. Ça ce sont souvent les questions que je reçois. Enormément de personnes souhaitent perdre du poids, et quand ils y arrivent et bien la seconde question qui se pose comment ne pas reprendre ce poids que l’on vient de perdre et de ne pas faire le yoyo ?

Benjamin Dariouch : Tout à fait, moi aussi c’est 70 ou 80% des personnes qui s’inscrivent à mon programme. Ils sont là pour un objectif, un minimum de perte de poids. Encore une fois c’est difficile de résumer six mois de programme en quelques minutes, pour les gens qui veulent vraiment aller plus loin je leur conseille de se renseigner sur mes programmes sur naturacoach.com. Ce que j’enseigne aux gens, c’est une bonne alimentation pour la vie, donc c’est pas un régime, parce que l’erreur des régimes, quelque que soit le régime, c’est justement de vous faire adopter certaines règles pendant x semaines – deux, trois, quatre semaines etc… et ensuite une fois que vous avez perdu votre objectif de poids, vous allez revenir à vos anciennes habitudes plus ou moins, et c’est là que vous allez faire le yoyo parce qu’après ce régime vous n’avez rien appris, vous avez perdu du poids mais en reprenons vos anciennes habitudes vous allez certainement le reprendre sur le moyen terme, et donc c’est là que vous allez faire le yoyo, sans parler du fait que les régimes trop restrictifs peuvent enclencher plusieurs phénomènes, des phénomènes de frustration, des phénomènes de stockage parce que il faut quand même ne pas oublier que beaucoup de choses notamment dans l’alimentation peuvent être expliquées par la théorie de l’évolution. Il faut quand même se rappeler que notre organisme, nos ancêtres ont évolué pendant des millions d’années dans un univers, dans un milieu où l’alimentation n’était pas à profusion, où il y avait des périodes de disette, de famine, etc., donc on a des mécanismes de stockage assez forts justement pour nous permettre de survivre. Si je caricature, quand on vivait dans la savane ou quand on était à l’époque des hommes préhistoriques, et le fait de se priver énormément d’un coup, ça peut déclencher ces mécanismes de stockage du fait que notre corps va s’habituer à fonctionner avec moins de calories, et donc forcément si on se remet à manger plus après – comme le corps a diminué son métabolisme de base – et bien même si on mange exactement comme avant, le fait d’avoir diminué son métabolisme de base en diminuant ses rations pendant quelques semaines, et bien c’est ça qui favoriser plus facilement la prise de poids.

Maxence Rigottier : Il suffit de se poser une question : généralement quand on habite dans une grande ville, dites-nous combien de mètres je dois faire pour satisfaire le mot “j’ai faim” entre par exemple les restaurants, entre les différents magasins, entre également les petits poteaux où on voit un Kit Kat, un Mars, entre les boulangeries, les pâtisseries, etc. Généralement en marchant tous les quarante ou cinquante mètres on a quelque chose qui satisfait le mot j’ai faim, alors qu’il y a des siècles ou des milliers d’années pour obtenir mille ou deux mille calories, il fallait aller chasser, c’était compliqué. Donc forcément l’évolution de l’être humain est beaucoup plus difficile. On est dans confort et une facilité incroyables qui nous permettent de manger à notre faim sans aucun souci, et c’est pour ça qu’on est un peu plus gros que nos ancêtres.

Man shopping at super market

Benjamin Dariouch : Même beaucoup plus gros, l’obésité était quelque chose de plus ou moins inexistant dans le passé. Aujourd’hui il faut savoir qu’un Français sur deux est soit en surpoids, soit obèse.

Maxence Rigottier : Un Français sur deux ?

Benjamin Dariouch : Oui, un adulte français sur deux. En gros on approche je pense des 35% de personnes en surpoids, et on doit être autour de, je n’ai plus le chiffre en tête, à peu près 12 ou 13% d’obésité, quelque chose comme ça, donc quasiment un adulte sur deux est en surpoids ou obèse

On est encore loin encore des 30% de surpoids et 30% d’obèses des Etats-Unis mais on est sur une courbe qui progresse.

Maxence Rigottier : Malheureusement on s’inspire aussi de leur business model (modèle d’entreprise) concernant la malnutrition. Et ces chiffres ils ont lieu par rapport à l’indice de masse corporelle, c’est-à-dire où c’est supérieur à vingt cinq.

Benjamin Dariouch : Oui mais c’est pas l’outil le plus pertinent. Au niveau des statistiques sur des grandes populations, on se doute bien quand même que majoritairement c’est pas des gens qui ont dix kilos de muscle dans les personnes qui ont un IMC élevé, c’est donc en général ce sont les gens qui sont en surpoids, donc ça renseigne quand même pas mal.

Maxence Rigottier : Juste comme rappel pour les personnes qui souhaitent calculer leur IMC : c’est le poids divisé par la taille au carré.

Benjamin Dariouch : Oui, c’est ça.

Maxence Rigottier : Donc si votre résultat est inférieur à 15 vous êtes logiquement anorexique, entre 15 et 20 maigre, entre 20 et 25 normal, entre 25 et 30 surcharge pondérale, et plus de 30 obèse. C’est à peu près les fonctions de base.

Benjamin Dariouch : Oui à peu près.

Maxence rigottier : Et également que penses-tu des barres énergétiques, les gels Marathon, les boissons d’après course pour les coureurs. Est-ce que c’est utile ou c’est juste du marketing pour les runners ?

Benjamin Dariouch : Beaucoup de marketing, il y a plusieurs problèmes. Déjà ça dépend du type de course.

Maxence Rigottier : Semi-marathon ou marathon principalement, sur 10 km …

Benjamin Dariouch : Même au semi-marathon, à moins qu’on court à deux à l’heure, il n’y a pas vraiment le temps de refaire des réserves, et au semi-marathon il faut juste boire de l’eau, à la rigueur avec un peu de minéraux, avec un peu de sodium ou de potassium si vraiment on transpire énormément et qu’il fait quarante degré. En semi-marathon il n’y a pas forcément le temps d’avoir un réel besoin de barre ou de gel énergétique ; le besoin commence à partir de deux heures de course, parce qu’en gros, tu as des réserves de glucide dans les muscles qui s’appellent donc du glycogène musculaire que tu peux augmenter à la fois avec l’entraînement, et à la fois en mangeant un peu plus de glucide les jours précédents ; tu peux donc augmenter ces réserves un petit peu mais on estime – même si c’est une moyenne, forcément l’entraînement permet d’augmenter cette durée – que ces réserves te permettent plus ou moins de tenir quatre-vingt-dix minutes, c’est pour ça aussi qu’on parle en fait du fameux mur du marathon, c’est en partie ça, c’est-à-dire c’est quand on a complètement épuisé les réserves de glycogène et que le corps est obligé de passer complètement les lipides, les graisses comme source d’énergie, et le problème des graisses c’est qu’elles sont plus longues à oxyder, à utiliser, donc c’est pour ça qu’on a l’impression d’en avoir un énorme coup de barre. Le problème déjà des barres à mâcher, à mastiquer, c’est qu’il y a un temps de digestion, donc le temps que ça soit digéré, puis assimilé, puis transformé en glucose, il peut y avoir un moment. Le problème de beaucoup de boissons et de gels c’est qu’ils sont aussi riches en fructose. Le fructose n’est pas du tout le glucide le plus intéressant par rapport au sport d’endurance. Pourquoi ? Parce que le fructose doit être transformé par le foie en glucose avant de pouvoir être utilisé par ton corps ; donc il y a un mécanisme qui augmente le délai d’utilisation, et en plus quand on fait du sport notre système digestif est assez sensible parce que tout le sang est redirigé vers les organes les plus importants, vers le cœur, vers le cerveau, vers les muscles, donc il y a très peu de circulation sanguine disponible pour la digestion, c‘est pour ça qu’on a beaucoup de mal à digérer quand on fait du sport et qu’on va être beaucoup plus facilement ballonné, avoir des nausées, et le problème du fructose, il peut favoriser les ballonnements et les nausées, donc il faut faire attention à ne pas abuser du fructose. Pareil, le sucre blanc de base qui peut être dans beaucoup de barres énergétiques, c’est pas donc plus intéressant, c’est en partie du glucose et en partie du fructose, le saccharose, en fait les glucides les plus intéressants dans les boissons pour sportifs c’est plutôt des choses comme la maltodextrine, des glucides qui peuvent être très rapidement digérés avec un indice glycémique élevé où c’est le seul moment où on peut sans problème incorporer des produits avec un indice glycémique élevé, et ceci permet de refaire assez rapidement une partie de ses réserves de glycogène. Donc en gros, il vaut mieux en général faire sa boisson soi-même, en tout cas dans mes programmes j’apprends tous les besoins, toutes les différentes briques nécessaires et chacun peut créer sa propre boisson.

Maxence Rigottier : Comme ça on est sûr d’être satisfait et de savoir ce qui nous correspond le mieux.

Benjamin Dariouch : Oui, en plus juste pour finir sur un dernier exemple je pense que beaucoup de coureurs verront de quoi je veux parler quand les boissons bleu fluo qu’on voit maintenant sur beaucoup de courses., sur beaucoup de stands de ravitaillement, bleu fluo ou jaune fluo, c’est d’ailleurs une marque qui appartient au groupe Coca, la marque qui fait ces boissons, et dans les ingrédients il y a notamment du sirop de glucose-fructose, qui une des pires cochonneries qui puisse exister.

Maxence Rigottier : C’est juste utile pour le marketing ?

Benjamin Dariouch : Oui, oui.

Maxence Rigottier : Est-ce qu’il y a une quantité d’eau minimale à boire chaque jour lorsqu’on est sportif – un litre, un litre et demi, deux litres – hors entraînement ?

Benjamin Dariouch : Hors entraînement, ça dépend, je sais que les gens veulent savoir, veulent toujours avoir un chiffre.

Maxence Rigottier : Pour ne pas être déshydraté.

Benjamin Dariouch : On dit un litre et demi mais en fait ça reste quand même très générique et ça dépend quand même fortement de sa taille, de son poids, de la température extérieure, du fait si on transpire beaucoup ou pas, de sa soif – il faut écouter aussi beaucoup sa soif – ça il ne faut pas non plus s’étouffer en buvant un litre d’eau si on n’a pas du tout soif. Donc on revient toujours au même, comme pour l’alimentation, à apprendre à écouter son corps, à s’écouter ; ça peut vraiment varier entre un et deux litres, c’est pareil, ça dépend aussi de ce qu’on mange – si on mange plein de pastèques, enfin des aliments très très riches en eau, forcément on ne peut pas avoir besoin de boire un peu moins à côté, ça dépend de tellement de facteurs qu’il n’y a pas de réponse complètement générique.

Maxence Rigottier : Les principaux critères c’est son poids, la température si c’est l’hiver, l’été, ce que l’on est en train de manger, si c’est salé, épicé ou pas du tout, si également on est quelqu’un qui transpire beaucoup ou non, et puis des petits critères comme ça.

sport

Benjamin Dariouch : Et sa soif.

Maxence Rigottier : Et sa soif, exactement, et comme ça on arrive à jauger sur un long terme ce qui nous correspond le mieux pour ne pas être déshydraté.

Benjamin Dariouch : En tout cas d’expérience je sais qu’une certaine majorité des personnes ne boivent pas assez quand même.

Maxence Rigottier : Souvent tu rencontres des gens qui sont malheureusement déshydratés.

Benjamin Dariouch : Non pas déshydratés mais c’est juste qu’ils sont au travail, au bureau. Ils ne bougent pas de leur bureau, et même s’ils ont soif ils ne vont pas bouger, donc dans la journée ils boivent quasiment pas.

Maxence Rigottier : D’accord, ou juste un petit café peut-être ?

Benjamin Dariouch : Voilà !

Maxence Rigottier : D’accord. Et pour finir sur une dernière question, comment s’alimenter avant une course rapide, dans un 800 mètres, un 1000 mètres, un 1500 mètres ? Est-ce qu’il y a des aliments spécifiques à manger deux à trois jours avant une course rapide ?

Benjamin Dariouch : Avant une course rapide non, il n’y a pas forcément besoin de te faire une surcharge de glucide comme pour une compétition d’endurance, donc là c’est vraiment les habitudes sur le long terme des derniers mois qui feront la plus grosse différence, c’est la qualité de son alimentation depuis plusieurs mois qui permettra de faire le plus de différence. Au 1500 mètres, oui, on peut manger la veille un peu plus de bons glucides, un peu de riz, des patates douces, ce genre de choses mais je préfère ne pas parler de repas spécifiques, je préfère vraiment insister plus sur les habitudes de la dernière semaine.

Maxence Rigottier : De toute façon c’est en ayant une bonne éducation alimentaire au quotidien que les résultats ont lieu sur le long terme. Tout ce qui a lieu en trente jours ou soixante jours malheureusement le court terme ça va pas vous amener à grand chose dans le futur.

Benjamin Dariouch : Oui, surtout que je voudrais insister sur un dernier point. Les sportifs peuvent avoir beaucoup de problèmes, plus que les autres personnes, notamment le fait de faire du sport fragilise le système immunitaire pendant les heures qui suivent l’entraînement, et c’est pour ça que notamment les sportifs ont beaucoup plus que la moyenne des problèmes d’ORL (Oto-rhino-laryngologie), des problèmes de rhume, d’états grippaux, et donc ils doivent fortement faire attention à ça. C’est une alimentation adaptée qui permet aussi d’avoir un bon système immunitaire. Donc il y a tout ce dont je parlais au début, du fait de faire du sport, de faire beaucoup d’efforts sur ses articulations qui peuvent donc favoriser les problèmes articulaires. Donc une bonne alimentation anti-inflammatoire aide beaucoup aussi ; les problèmes de digestion, aussi bien la population en général, un très grand nombre de personnes ont des problèmes de digestion, des ballonnements – diarrhée, constipation, tout ce qu’on veut – et beaucoup de personnes finalement acceptent de vivre avec ça en pensant que c’est plus ou moins normal, alors que non, c’est pas normal. Si on a une bonne digestion on ne doit pas avoir de problèmes, ça doit être indolore, et faire du sport comme je disais tout à l’heure peut notamment augmenter les problèmes digestifs parce que cela augmente la perméabilité intestinale, donc c’est encore une fois l’une des raisons pour lesquelles les sportifs doivent faire encore plus attention à leur alimentation.

Maxence Rigottier : Pour avoir une digestion qui soit assez saine, également essayer de manger doucement même si on est dans une société où on n’a pas le temps, et bien l’idéal c’est de prendre quand même le temps pour mâcher et digérer les aliments que l’on mange – si on mange en dix ou quinze minutes malheureusement ça favorise aussi le mal de ventre, les problèmes gastriques, etc.

Benjamin Dariouch : Et bien, de toute manière, la mastication c’est la base !

Maxence Rigottier : Cette base là, malheureusement, beaucoup de personnes n’y prêtent pas attention par souci d’être dans la société où « on n’a pas le temps ». En tout cas merci pour tes précieux conseils et pour cette interview, n’hesitez pas à voir les vidéos et les conseils de Benjamin sur son site naturacoach.com.

Benjamin Dariouch : Oui c’est ça, et page Facebook; dans ma chaîne de Youtube on retrouve aussi toutes mes vidéos youtube et des programmes en ligne donc programme-naturacoach.com.

Maxence Rigottier : Et concernant tes ateliers à Paris, c’est juste quelques fois par an au cas où des personnes seraient intéressées ?

Benjamin Dariouch : Non, tous les renseignements sont sur mon naturacoach.com, c’est individuel, c’est sur rendez-vous. La grande originalité c’est qu’en plus de tout ce qui est explication théorique, j’accompagne aussi ensuite les gens aux supermarchés, puis aux magasins bios pour leur apprendre à lire les étiquettes et choisir les meilleurs produits. Il y a tout cet aspect pratique dont je suis le seul aussi un peu à parler, qui est fondamental pour que la bonne alimentation devienne une réalité quotidienne.

Maxence Rigottier : Pour mettre en place dans son esprit les bonnes habitudes pour le futur, et pas que ça soit juste sur le court terme pendant le programme du coaching.

Benjamin Dariouch : Voilà.

Maxence Rigottier : Merci une nouvelle fois et à bientôt sur ton site naturacoach.com

Benjamin Dariouch : Merci Maxence, à bientôt.

Maxence Rigottier : A bientôt. Si l’interview vous a plu partagez-la sur Facebook, Twitter, Google Plus. Egalement si vous avez des questions par rapport à la nutrition, n’hesitez pas à poser toutes vos questions, vos interrogations par rapport à cette thématique dans les commentaires juste en-dessous. Pour ma part je vous dis à très vite pour de nouvelles vidéos de course à pied. C’était Maxence Rigottier de blog-course-a-pied.com. A bientôt.

Share Button

Maxence Rigottier

Maxence Rigottier

    4 Commentaires

    •    Répondre

      Merci pour tout ces précieux conseils. Vous avez évoqué la médecine évolutionniste pour notre alimentation dans l’interview, j’aimerais savoir quels livres vous me conseillez sur le sujet ? (des livres en français uniquement).

      Merci.

      • Bonjour,
        En français il n’y a pas grand chose. Il y a juste « le modèle paléo » qui vient d’être traduit aux éditions Thierry Soucard mais il est très basique.

    •    Répondre

      merci maxence pour cette interview! Dans la famille on est bien fan de Benjamin! Ses conseils ont changés nos habitudes depuis plusieurs mois maintenant!

    Laissez un commentaire

    Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici