[Vidéo spéciale femmes] Comment ne pas être angoissé et participer à votre première compétition de course à pied ?


Dans cette vidéo, je suis avec Jennifer Aknin qui est la directrice de la course La parisienne ou 30 000 femmes vont encore participer pour l’édition 2013. Si vous êtes une Femme, cette vidéo devrait vous intéresser. ;) La Parisienne est une course 100 % réservée aux femmes.

Transcription texte de la vidéo :

Maxence Rigottier : Bonjour à tous, ici Maxence Rigottier de blog-course-a-pied.com. Aujourd’hui, je suis avec Jennifer Aknin, qui prépare La Parisienne à Paris, où il y a environ 30 000 coureuses. Je vais lui poser des questions par rapport à l’angoisse, car je reçois souvent des questions sur le blog du genre : « Oui mais j’ai peur de courir, etc. » La Parisienne, c’est une course d’un peu plus de six kilomètres, et Jennifer va nous expliquer les angoisses des coureuses, et commencer d’enlever ces petit blocages. Salut Jennifer. 

Jennifer Aknin : Bonjour !

Maxence Rigottier : Est-ce que tu peux te présenter, et présenter brièvement La Parisienne ?

Jennifer Aknin : Je suis Jennifer Aknin, la directrice de La Parisienne. C’est mon père qui a créé La Parisienne, dont ce sera la dix-septième édition le 15 septembre prochain, et moi, je travaille avec lui depuis neuf ans. Donc La Parisienne, c’est une course qui s’adresse uniquement aux femmes, et le profil des Parisiennes depuis le début, en général l’âge moyen est de 37 ans, et c’est un profil bien particulier, parce que tous les ans, il y a à peu près 50% des femmes qui font leur première course, leur première Parisienne. Souvent, elles n’ont jamais couru ou elles ne se sont jamais trop entraîné  ou n’ont pas forcément fait beaucoup de sport. Et La Parisienne, c’est un peu le pied à l’étrier, le défi qu’elles se lancent de réussir à faire une course de six kilomètres.

Maxence Rigottier : C’est un petit peu dommage de se préparer pour une course, la faire, et ensuite arrêter, alors que cela peut être un bon lancement pour commencer durablement la course à pied. Quels sont les principaux blocages qu’ont les coureuses avant d’effectuer leur première Parisienne, sachant qu’une personne sur deux, c’est la première fois qu’elles font cette course ?

Jennifer Aknin : Le principal blocage, c’est « je ne vais pas y arriver, est-ce que je suis capable ? »… Elles n’ont absolument aucune référence sur le temps qu’elles vont mettre, sur la distance, comment elles vont vivre la distance, sur la vitesse à laquelle elles vont aller… et puis tout simplement, est-ce qu’elles sont capables d’y arriver ? Et nous, tout notre travail, c’est de les rassurer, de les encourager à faire ces six kilomètres. On a donc tout un système d’accompagnement avec des entraînements et des coaches, des cours que l’on donne toute l’année.

Le blocage qu’il y a, c’est cette idée de réussite, mais c’est aussi peut-être de décevoir, de ne pas faire bien ; quand on est dans un groupe avec des filles pour s’entraîner, c’est de ne pas aller assez vite, de retarder le groupe… Il y a toujours cette notion chez des femmes qui ont peut-être été dégoûtées par le sport à l’école (c’est souvent le cas) qu’elles ne peuvent pas y arriver. Donc vraiment, la première chose qu’on leur dit, c’est que c’est six kilomètres, et qu’on a fait le choix de cette distance parce que c’est accessible à tout le monde avec un minimum de préparation. Donc évidemment, si l’on n’a pas de passé sportif, ça va être plus long de préparation, mais sinon, c’est accessible à toutes les femmes.

Maxence Rigottier : Pour vous donner un ordre d’idées, la moyenne, c’est environ 44 minutes pour un peu plus de six kilomètres. Il y a plusieurs classifications, comme tu l’évoquais, catégories Déesses, Gazelles, Panthères, Etoiles. Et l’idéal, c’est vraiment de courir en groupe ou d’être dans une structure, afin de progresser durablement.

Jennifer Aknin : Voilà. Ce qu’il faut, c’est avoir les bons conseils pour bien débuter, pour ne pas se dégoûter, pour ne pas se faire mal. Et ensuite, une fois qu’on a commencé, c’est la régularité du travail. Donc pour ça, c’est bien aussi d’avoir des rendez-vous soit avec des copines, soit avec des coaches, parce que ça nous impose cette régularité. Et puis après, c’est de la tenir jusqu’au jour de la course, et de garder l’acquis de cette fierté et de cette réussite pour continuer à s’entraîner, parce que tout ce qu’on a mis en place, ce serait dommage de le perdre. Parce que si on le perd, après, quand on s’y remet, c’est un petit peu difficile, alors qu’en continuant à s’entraîner régulièrement, ça va devenir quelque chose de simple de courir six kilomètres.

Après, soit les femmes sont passionnées par la course et vont monter sur 10, 20 et marathon (il y en a des histoires comme ça de Parisiennes), soit elles se disent tout simplement : « maintenant, c’est mon hygiène de vie : je me brosse les dents tous les jours, et bien je fais du sport régulièrement, je cours, et grâce à ça, je me sens mieux ».

Et en fait, les femmes qui avaient peur, qui n’avaient jamais osé et qui ont fini par faire La Parisienne, ont déjà cette fierté de l’avoir fait. Donc c’est important d’avoir confiance en soi, ça motive pour de nouveaux projets. Mais aussi, elles se rendent compte qu’elles se sentent mieux dans leur corps. Il n’y a pas que la tête, il y a le corps, c’est quelque chose de complet. Et ça, quand le corps vous dit que vous êtes mieux (et en plus, la petite cerise sur le gâteau, c’est des fois qu’on a minci, parce que c’est quand même aussi une motivation pour pas mal de femmes au départ), on a envie de continuer, parce que l’effort, il paye, et il paye rapidement.

Maxence Rigottier : D’accord. Et maintenant, pour toutes les runneuses qui ont fait La Parisienne, quelle est la sensation après la course ? Vraiment une satisfaction personnelle de l’avoir faite ?

Jennifer Aknin : Oui, une véritable satisfaction personnelle de l’avoir faite, et de l’avoir partagée, parce que souvent, les Parisiennes ne courent pas seules : elles courent avec des copines, des collègues… On a un challenge mères-filles, c’est très touchant. Elles le font pour elles, mais aussi pour le partager avec des personnes qu’elles aiment. Et c’est le côté émotionnel, l’émotion qui s’inscrit dans le corps, qui est vraiment important et qui donne envie aux femmes, ensuite, de continuer ou de revenir courir La Parisienne.

Maxence Rigottier : Donc n’hésitez pas à courir La Parisienne qui a lieu vers mi-septembre tous les ans. Il y a 30 000 personnes qui le font ou l’ont fait par le passé. Quel que soit votre niveau, ultra-débutante, intermédiaire ou confirmée, il n’y a aucun problème, vous n’avez aucune raison de ne pas prendre de plaisir et que cela ne se passe pas bien pour vous sur cette course.

Jennifer Aknin : C’est ça. Chacune son rythme, et tout le monde trouve du plaisir.

Maxence Rigottier : Voilà. Merci d’avoir suivi cette vidéo, et bonnes courses sur Paris. A bientôt !

Et vous ?

Avez-vous déjà participé à une compétition de course à pied ? Si non, pour quelles raisons ? Si oui, avez-vous été heureux de faire cette première course ? Laissez-moi votre réponse dans les commentaires du blog juste en dessous. ;)

Share Button

Maxence Rigottier

Maxence Rigottier

    7 Commentaires

    •    Répondre

      Bonjour. Oui il m’est arrivée y a quelques années de participer à des courses, mixtes. C’était difficile, pour ma part. Mais pas inintéressant c’est pourquoi, je pourrai dans un avenir proche me lancer à nouveau dans l’aventure et pourquoi pas la Parisienne. Bonne continuation à toutes et à tous.

    •    Répondre

      Bonjour Maxence,

      Merci pour tous ces interviews qui sont très riches d’enseignement car c’est vraiment du vécu !
      Karine

    •    Répondre

      Bonjour Maxence,

      Tout est dit ds cette vidéo, en effet avant chaque course et même avant l’inscription il y a toujours ce gros doute, est ce que je vais y arriver, je ne serais pas à la hauteur… moi j’en suis toujours là et une fois le départ donné, les doutes s’envolent et on y va ;)

      Merci à toi

      • Hello Minarro,

        Merci pour ton retour d’expérience. De ce fait, tu vas participer à La Parisienne cette année ? Si je ne me trompe pas, tu avais fait cette course l’année dernière.
        Au plaisir.

    •    Répondre

      Merci pour la vidéo.
      Il est juste dommage que le bruit environnant est assez élevé.

    Laissez un commentaire

    Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici