Interview de Frédéric Belaubre : Le Triple Champion d’Europe de Triathlon en 2005, 2006 et 2008 nous explique l’importance de la récupération pour pouvoir enchaîner les entrainements


L’interview au format audio :

Au dessus de ce message, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton « play » du lecteur Audio pour écouter l’interview, il se peut que le lecteur mette quelques secondes avant d’apparaître.

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton « play » ou le télécharger en cliquant sur « télécharger » ou en faisant un clic droit ici puis « enregistrer le lien sous…. »

L’interview au format vidéo :

IMG_1718

Retrouvez Frédéric Belaubre :

Transcription texte de l’interview audio :

Maxence Rigottier : Bonjour à Tous, c’est Maxence Rigottier de blog course à pied. Aujourd’hui, je suis avec le triathlète Frédéric Belaubre. Pour toutes les personnes qui ne connaissent pas Frédéric Belaubre, c’est un triathlète professionnel qui a été trois fois champion d’Europe de triathlon en 2005, 2006 et 2008. Tu étais également 3ème aux championnats du monde en 2006. Tu as également été 5ème aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Tu as un parcours très brillant dans le domaine du triathlon. Je voulais te poser quelques questions par rapport à la course à pied et au triathlon. Frédéric, je vais te laisser te présenter pour que tu nous raconte un petit peu ton parcours depuis tes débuts jusqu’à aujourd’hui. Salut Frédéric.

Frédéric Belaubre : Salut à tous. Je suis très content de pouvoir répondre à ton interview. Mon parcours a commencé par la natation. A l’âge de 3 ans, déjà, je faisais un petit peu de natation parce que j’habitais dans une piscine. J’ai été rapidement en club de natation par la suite, de 8 à 13 ans. A l’âge de 13-14 ans, j’ai rencontré des triathlètes qui venaient nager à côté du club de natation. J’ai vite sympathisé avec eux et j’ai commencé à faire du vélo et de la course à pied de temps en temps avec eux. Puis mes premiers triathlons vers 14 ans. Ensuite, à 16 ans j’ai incorporé le club du boulouris où là j’ai commencé à vraiment délaisser le club de natation et à me prendre vraiment pour un triathlète à part entière. J’ai donc fait autant de sport en natation, à vélo et en course à pied, et je pouvais faire mes études en même temps parce que c’était un sport étude, et, dans le sud de la France, tout était réuni pour me permettre de concilier le sport et les études. J’ai été champion de France jeune scolaire. En 2000, champion du monde junior. Tout a suivi son cours. Au jour d’aujourd’hui, j’ai, comme tu le disais tout à l’heure, le palmarès qui est le mien. J’essaye maintenant de progresser un petit peu en course à pied, qui est peut-être la discipline qui devient de plus en plus importante maintenant. Avant j’étais plutôt homogène dans les 3 disciplines, et c’est vrai que maintenant, le triathlon se rapproche beaucoup de la course à pied en distance olympique, donc j’essaye de progresser encore en course à pied, d’augmenter mon kilométrage en course à pied surtout, quitte à délaisser un petit peu la natation et le vélo.

Maxence Rigottier : D’accord. Peux-tu nous raconter une semaine type de triathlon par rapport à la course à pied ? Quelles sont tes différents types d’entrainement de course à pied que tu fais vis-à-vis du triathlon ?

Frédéric Belaubre : En triathlon, on essaye de faire les 3 disciplines tous les jours. C’est-à-dire que la plupart du temps, je cours le matin vers 9h00, je nage vers 11h00, je mange le midi et après je fais du vélo l’après-midi, et éventuellement des soins kiné ou autre en fin de journée. Le kilométrage, on va dire que c’est à peu près dans les 14 km voire, quand j’ai des séances en course à pied, 17-18 km le matin, 5 km en natation, et à peu près 70 km en vélo l’après-midi, en moyenne. Avec l’arrivée de coureurs à pied en triathlon, et d’un niveau toujours plus rapide, il arrive que l’on coure deux fois par jour, et dans ce cas, on remplace, soit la natation soit le vélo par une deuxième séance de course à pied, et ça peut atteindre à peu près 20-25 km dans la journée. Ce qui fait un total à peu près de 300-350 km par semaine en vélo, 20-25 km en natation, et en course à pied, avant j’étais plutôt à 90 km et maintenant j’essaie de dépasser les 100 km, voire 110-120 km. Je suis allé une fois dans ma vie jusqu’à 150, mais j’ai eu quelques séquelles et je me suis blessé. Je sais que certains triathlètes font parfois 150 km par semaine en course à pied, mais je pense que c’est assez traumatisant, donc il faut y aller progressivement.

Maxence Rigottier : D’accord. Et quand tu annonces 90-100 km ou un petit peu plus, c’est majoritairement des longs footings spécifiques de haute vitesse et des séances de fractionné, c’est quoi exactement ?

Frédéric Belaubre : Suivant ce qu’on fait en natation et en vélo dans la journée, on équilibre un petit peu les allures. La plupart du temps, je fais une séance en course à pied d’allure, de vitesse on va dire, de fractionné une fois tous les 2 jours. J’essaye de pouvoir tenir ce rythme, mais c’est parfois un peu difficile. On va dire que si la semaine commence par un footing d’une heure, je fais ensuite une séance un petit peu rythmée en nature avec du fartleck. Le mercredi ce serait une petite séance de VMA, le jeudi un footing, le vendredi une nouvelle séance un peu de fartleck et le samedi une séance d’allure de course, et le dimanche pas de course à pied.

Maxence Rigottier : D’accord. Tu varies au maximum chacune de tes séances pour arriver à laisser reposer ton corps et également à progresser dans cette discipline ?

Frédéric Belaubre : Voilà. J’essaye de faire aussi un footing long quand même dans la semaine. Maintenant, c’est un petit peu un planning type, et ça dépend de la période de l’année, des compétitions qu’il y a le week-end, l’hiver ont fait peut-être un peu plus de footings que de séances, mais globalement c’est ça.

Maxence Rigottier : D’accord. Et pratiquer le triathlon en haut niveau comme tu le fais, ça te prend une cinquantaine d’heures dans la semaine du coup ? C’est une trentaine d’heures de sport, non ?

Frédéric Belaubre : ça prend à peu près 30 heures d’entrainement pur, c’est-à-dire du moment où on déclenche le chrono jusqu’au moment où on l’arrête. A côté de ça, il y a tout ce qui est changement, massage. Je fais souvent une sieste l’après-midi. C’est quand même un rythme de vie assez prenant et ça représente 30, voire en stage 35 heures, de sport dans la semaine.

Maxence Rigottier : D’accord.

Frédéric Belaubre : éventuellement, les soins kiné, bien deux fois par semaine.

Maxence Rigottier : J’imagine. Et du coup, en faisant ces entrainements assez poussés, est-ce que tu es souvent blessé ? Est-ce que tu as eu de graves blessures ? Et si oui, comment revenir après une grave blessure ?

Frédéric Belaubre : Je suis un petit peu le cas d’école. Je dirais qu’en quasiment maintenant 15 ans de carrière à haut niveau, j’ai essuyé pas mal de blessures, un peu dans tous les genres, à tous les endroits, et c’est vrai qu’avec une telle quantité de sport, on est souvent amenés à frôler la limite du corps humain. Que ce soient des tendinites d’achille, ou des déchirures musculaires aux ischios ou à des insertions de muscles de quadriceps, tendinites, fractures de fatigue ou métatarse… J’ai fait un petit peu tout ce qui était possible de faire, je pense. Et inflammation, bursite… C’est vrai que la course à pied est un sport avec des chocs et qui est assez traumatisant. Je pense que tous les coureurs à pied connaissent le problème notamment des tendinites d’achille qui reviennent souvent. Après, je pense qu’il ne faut vraiment pas lésiner sur le repos et les soins. Il faut essayer aussi de couper et de ne pas être obnubilé par l’entrainement. Quand on est blessé, il faut savoir vraiment penser à autre chose et ne pas avoir envie de tester le membre qui a mal toutes les 5 minutes pour voir si ça va mieux, ou des choses comme ça. C’est déjà une première chose. Après il faut bien faire les soins nécessaires. Au niveau de l’alimentation également voir si ça peut venir d’une alimentation trop acide. Ensuite, une reprise tout en douceur. Quand j’étais plus jeune, j’ai eu souvent des problèmes à cause de ça. Après une blessure, on a tout le temps une surmotivation donc on a envie d’en faire énormément, on a envie de reprendre tout de suite à fond, et souvent, il faut reprendre par 20 minutes, voire sur la pelouse, voire même 5 minutes de footing, un peu de marche, re 5 minutes de footing, et alterner comme ça une reprise tout en douceur.

Maxence Rigottier : D’accord. Et par exemple, si on est blessé 3 mois, il faut combien de temps pour arriver à retrouver son niveau initial, juste avant la blessure ?

Frédéric Belaubre : Je n’ai jamais été blessé 3 mois. Je me suis déjà cassé la clavicule, par exemple, ce qui a été assez long : un mois et demi, ou alors une fracture de fatigue au pied. Mais je pense que quoi qu’il arrive, un mois, deux mois, trois mois, ça dépend un petit peu de la personne, ça dépend de l’endroit de la fracture. Mais je pense qu’il faut jamais baisser les bras, quoi qu’il arrive on revient toujours à son meilleur niveau. Surtout des fois, quand on se blesse, c’est que le corps avait vraiment besoin de repos et qu’il a beaucoup bossé en amont, et des fois ce n’est pas plus mal de se reposer un petit peu, et on revient assez rapidement.

Maxence Rigottier : D’accord. Donc ça permet de laisser reposer son corps.

Frédéric Belaubre : Ça fait du bien. C’est vrai que 3 mois, il y a une période de réadaptation, c’est dur. On a l’impression qu’on ne retrouvera jamais son meilleur niveau, mais au final ça va beaucoup plus vite qu’on le croit. Il faut vraiment prendre son temps, et recommencer progressivement à faire du sport. Quoi qu’il arrive, quand on se blesse, ce n’est pas pour rien, et souvent c’est que le corps avait besoin de se reposer. Ça lui fait du bien surement de se reposer. Et au moment de reprendre, au moins, s’il est frais et disponible, ça revient plus vite qu’on le croit.

Maxence Rigottier : D’accord. J’imagine. Et du coup, tu cours une centaine de km par semaine, tu nages énormément et tu fais beaucoup de vélo, est-ce que tu fais des étirements après tes séances de footing ou tes séances de fractionné en course à pied ? Ou au contraire, tu ne fais jamais d’étirements ?

Frédéric Belaubre : Oui, tout à fait. Au fil des années, j’ai acquis quand même une expérience en terme de soins. Que ce soit tout seul, chez le kiné, les étirements, le bain froid, et avec toutes les blessures que j’ai eu. J’ai quand même maintenant des petites habitudes qui font qu’avec toutes les blessures que j’ai eu, j’arrive à les éviter dans le futur. Et ce sont des nouvelles évidement qui surviennent à chaque fois, mais déjà c’est quand même un panel de soins que je fais régulièrement pour éviter certaines blessures. Je m’étire quand même beaucoup. Un petit peu à l’échauffement avec des étirements actifs, un petit peu passifs après une séance, mais c’est surtout le soir, tranquillement, en regardant la télé, quand je suis au calme, et que les muscles se sont un peu refroidis, c’est là que je me fais ¼ d’heure, 20 minutes tous les soirs, d’étirements assez poussé, sans aller jusqu’à la douleur, mais pour vraiment relâcher bien les muscles.

Maxence Rigottier : D’accord. Et une astuce également que l’on peut faire, c’est de mettre ses jambes dans de l’eau fraîche ?

Frédéric Belaubre : Oui. Je me suis renseigné pour éventuellement acheter une machine avec une baignoire gonflable et un générateur pour avoir de l’eau froide, vraiment très froide en permanence, et l’avoir carrément à domicile. Après, il y a des techniques avec des glaçons beaucoup moins chères, et au final c’est ce que je fais. Régulièrement, quand je commence à avoir mal aux tendons d’achille, par exemple, tous les soirs, je reste ¼ d’heure les pieds dans un sceau d’eau ou dans une bassine avec beaucoup de glaçons pour que la température de l’eau descende aux environs des 10°C. Ça me permet maintenant d’être vraiment tranquille au niveau des tendons. C’est vraiment une solution, je dirais indispensable pour moi maintenant.

Maxence Rigottier : D’accord. Donc tu ressens vraiment les bienfaits de mettre tes pieds dans de l’eau aux environs de 10°C, assez fraiche, pour récupérer au maximum des éventuelles blessures que tu pourrais avoir dans le futur ?

Frédéric Belaubre : Tout à fait.

Maxence Rigottier : D’accord.

Frédéric Belaubre : Tout à fait.

Maxence Rigottier : Et par ailleurs, fais-tu de la récupération ? Et quel type de récupération fais-tu pour justement arriver à enchainer tous ces entrainements au quotidien ?

Frédéric Belaubre : La récupération, c’est-à-dire, au niveau de l’entrainement sportif, dans l’effort ?

Maxence Rigottier : Oui.

Frédéric Belaubre : Après une séance par exemple, en général, après chaque séance de piste ou chaque séance de fractionné, je fais toujours à peu près 10 minutes de retour au calme pour permettre au corps et au pulse de redescendre progressivement, d’éliminer l’acide lactique, et de garder quand même le cœur un petit peu actif, et pas s’arrêter d’un seul coup pour que les toxines s’évacuent plus facilement.

Maxence Rigottier : D’accord. Egalement, tu fais une trentaine d’heures de sport par semaine, ce qui est quand même assez impressionnant, comment fais-tu pour toujours être au top mentalement et psychologiquement pour toujours t’entrainer au quotidien et aller au bout de l’effort ?

Frédéric Belaubre : C’est vrai que des fois, quand il fait froid, notamment l’hiver ou quand on s’entraine plusieurs semaines sur les mêmes parcours, ça devient un petit peu rébarbatif de faire tous les jours la même chose, le matin, le midi et le soir, faire du vélo, de la natation, de la course à pied, de s’entrainer, mais c’est aussi un sport qui me plait beaucoup, c’est quand même assez important. Et quand on est en groupe, c’est beaucoup plus facile, c’est sympa de pouvoir éprouver aussi ces sensations. Quand ça devient un peu monotone, je pars aussi en stage pour changer des parcours. L’hiver, j’essaye de faire au moins un stage au soleil. C’est des petits trucs simples qui permettent de casser un peu la monotonie, s’entrainer en groupe et partir un petit peu à des endroits différents pour s’entrainer dans des conditions un petit peu différentes.

Maxence Rigottier : D’accord.

Frédéric Belaubre : C’est vrai qu’il faut quand même aimer ce qu’on fait parce que c’est vrai que c’est quand même assez exigeant. Il faut être bien motivé pour faire ça tous les jours.

Maxence Rigottier : Je comprends et j’imagine. Du coup, tu prends énormément de plaisir, ce qui te permets au quotidien d’aller t’entrainer assez facilement.

Frédéric Belaubre : Oui.

Maxence Rigottier : également, être avec un groupe est vraiment très important pour se tirer vers le haut et toujours être motivé pour aller courir.

Frédéric Belaubre : Ah oui. Pour moi le B.A.BA de l’entrainement, c’est l’entrainement en groupe. Bon après, il ne faut pas en être complètement dépendant parce que sinon, évidemment, il arrive qu’on doive être quand même autonome, et quand on se retrouve tout seul, il faut quand même être capable de pouvoir aller s’entrainer. C’est quand même important de garder une autonomie par rapport au groupe, mais c’est vrai que c’est beaucoup plus facile, beaucoup plus sympa et il faut que l’entrainement reste un plaisir, donc quand on a envie, quand on va courir ou rouler en groupe, c’est beaucoup plus sympa de discuter, même de se tirer un petit peu vers l’avant sans faire la compétition, s’accrocher aux autres le jour où on est un peu fatigué. C’est ça aussi qui est sympa dans l’entrainement et dans le sport.

Maxence Rigottier : Complètement. Pour toutes les personnes qui pratiquent la course à pied et qui souhaiteraient se lancer dès demain dans le triathlon et qui ont un petit peu peur, quel message souhaiterais-tu leur faire passer pour qu’ils se lancent dans le triathlon, et au lieu de faire que la course à pied, qu’ils commencent le triathlon ?

Frédéric Belaubre : Déjà, ce qui est sympa, c’est qu’avec un sport comme la course à pied qui est assez traumatisant, c’est toujours sympa de pouvoir couper un peu avec les chocs et de faire une séance de natation qui est tout aussi efficace qu’un footing parfois, par exemple pour le cœur et les muscles. Déjà un côté positif du triathlon, de pouvoir changer de discipline quand on est blessé. Changer de discipline aussi quand on en a un petit peu marre, pour changer un petit peu, pour le triathlète à niveau loisir, on va dire, c’est aussi quand même beaucoup moins intense et prenant que ce que j’ai raconté depuis tout à l’heure. En faisant une discipline par jour, même en faisant seulement un peu de sport de temps en temps, c’est toujours sympa de varier, de faire un jour course à pied, puis deux jours après vélo, deux jours après natation, ça permet de varier les plaisirs et d’avoir des sensations nouvelles. Et en plus, je dirais quand même, on a une mauvaise image de ce sport qui parait infaisable, qui impressionne beaucoup et au final, ce ne sont que des efforts comme à un marathon, mais encore moins traumatisants. C’est aussi long qu’un marathon mais sans les chocs. Ça permet de faire à peu près 2-3 heures d’effort, il suffit juste de ne pas se prendre la tête, prendre son temps et franchement, c’est une discipline qui est tout à fait accessible à tout le monde.

Maxence Rigottier : Complètement. Et je rebondis sur ce que tu viens de dire, par exemple la natation, ça permet peut-être de récupérer des muscles grâce aux bienfaits de l’eau.

Frédéric Belaubre : Tout à fait. C’est vrai que quand je sors d’une séance de natation, même d’une séance dure, j’ai toujours les muscles un peu mieux décontractés et reposés. Souvent je m’arrange pour aller nager tout de suite derrière une séance dure de piste par exemple. Ça me permet de tout de suite relâcher les muscles, le ventre, et les tendons, comme ça je récupère beaucoup plus vite.

Maxence Rigottier : D’accord. Qu’est-ce que tu aimes dans le simple fait de courir ? Qu’est-ce que tu ressens ?

Frédéric Belaubre : Le simple fait de courir, ce que j’aime là-dedans, c’est déjà être en extérieur, être en osmose avec la nature, profiter du soleil, de l’air pur. Donc la nature dans un premier temps. Dans un deuxième temps, j’ai quand même un esprit de compétition, lors des séances en groupe, ce que j’aime, c’est aussi s’accrocher, s’accrocher à ses potes quand on fait une séance de fractionnés par exemple, ça c’est pour l’esprit un peu de compétition. Il y a aussi le goût de l’effort tout simplement. C’est sentir son corps, sentir ses muscles, le fait de tout simplement être essoufflé, de sentir que son cœur monte, et de lutter contre la fatigue, lutter contre d’être bien. C’est même plus lutter, c’est sentir qu’on est essoufflé et que l’on vit, que l’on respire. J’aime cette sensation de vitesse et de maitrise de son corps.

Maxence Rigottier : D’accord. En gros, c’est une sensation de bien-être et de dépassement de soi.

Frédéric Belaubre : Exactement. Avec aussi un peu de vitesse. J’aime bien quand même avoir l’impression d’aller vite, sur des séances, c’est vrai que ça fait toujours plaisir.

Maxence Rigottier : J’imagine. Tu as été 3 fois champion d’Europe. Souvent, lorsque l’on souhaite dépasser ses records personnels, etc. on a des barrières mentales. Comment fais-tu pour casser tes barrières mentales, pour pas que tu te dises dans ta tête « non c’est impossible, je n’arriverais pas à atteindre telle ou telle performance, etc. » ? Comment fais-tu pour casser toutes ces barrières mentales qui nous traversent l’esprit ?

Frédéric Belaubre : J’ai eu la chance d’avoir toujours des gens qui m’ont fait confiance, des gens qui m’ont poussé toujours vers le haut, et je pense que ça fait aussi parti de la performance. Il y a des moments où, comme tout le monde, je suis loin d’être un surhomme, quand j’ai des moments de doute, des moments de fragilité, de faiblesse, des coups de pompe, et des fois, on arrive sur une course sans trop savoir ce qu’on est capable de faire, même fatigué, et là je pense que c’est important d’être bien entourés aussi, d’avoir sa famille, son entraineur qui nous comprend et qui nous suit, qui nous encourage, qui a confiance en nous. Je ne me suis jamais donné trop de limites grâce à ça.

Maxence Rigottier : D’accord. Donc tu as une immense confiance en toi, et en plus tu t’entoures de personnes positives et qui croient en toi.

Frédéric Belaubre : Voilà. Immense confiance en moi, oui, mais peut-être pas plus que quelqu’un d’autre, c’est juste que la confiance s’acquiert aussi à l’entrainement. Quand on s’est bien entrainé, on a plus confiance en soi que quand on a rien fait pour réussir un objectif. Je pense que le secret de la réussite, c’est la confiance en soi et le secret de la confiance en soi, c’est l’entrainement.

Maxence Rigottier : D’accord. Quelque chose de très important que tu as évoqué, c’est au maximum de croire en soi, et surtout, si l’on a fait de bons entrainements, il n’y a pas de raison que cela ne se répercute pas sur la performance que l’on souhaite atteindre en compétition.

Frédéric Belaubre : Voilà.

Maxence Rigottier : Quels sont les trois conseils indispensables que tu donnerais à un débutant qui souhaite se lancer dans le triathlon ?

Frédéric Belaubre : Ce serait déjà ne pas faire dégénérer les allures à l’entrainement, respecter vraiment une ligne de conduite au niveau de l’allure parce que c’est un sport qui est long, et si on veut durer dans le temps, et pas trop vite se décourager à cause de la fatigue, il faut quand même préserver aussi son corps. Il ne faut pas s’entrainer trop vite ni trop longtemps, d’un seul coup, il faut viser un objectif à long terme. En gros, les deux choses, c’est déjà respecter les allures à l’entrainement et la deuxième chose, c’est de ne pas s’y prendre au dernier moment pour un objectif. Il faut vraiment faire en sorte de pouvoir le préparer calmement, tranquillement, et de monter progressivement en force, et ça permet d’avoir une certaine régularité à l’entrainement. Il n’y a aucune raison pour que ça se passe mal. Tout simplement la régularité, même si des fois c’est un peu dur, il y a des fois où c’est facile et des fois où c’est dur. Il ne faut pas baisser les bras, il faut toujours aller à l’entrainement et on est récompensé en compétition parce que la simple régularité fait que ça marche.

Maxence Rigottier : Exactement. Certaines fois, on est un peu dans des jours sans à l’entrainement, on a pas trop d’énergie, pas trop de volonté, pas trop de motivation. D’autres jours, c’est complètement l’inverse, on a énormément de motivation, d’émotions positives. Mais si on est assez régulier dans l’effort, il n’y a pas de raison pour réussir en compétition.

Frédéric Belaubre : Tout à fait.

Maxence Rigottier : Pour tous les coureurs confirmés comme moi, comment faire pour atteindre le haut niveau ?

Frédéric Belaubre : Je crois qu’il y a une différence énorme entre le haut niveau et le bon niveau. Le problème, c’est que ça se joue des fois à pas grand-chose. Je pense que ça fait partie de ce qu’on disait tout à l’heure. Il faut être patient, il faut être énormément patient et ne jamais baisser les bras, et être le plus régulier possible. Je pense que c’est un petit peu la même réponse qu’à la question précédente, la régularité fera qu’un jour ça paiera, et l’investissement tout simplement. L’investissement au-delà des limites de la fatigue et de la lassitude, ça finit toujours par payer. Mais parfois c’est vraiment très très dur. C’est quand c’est très dur que la différence se fait entre le haut niveau et le bon niveau.

Maxence Rigottier : D’accord. Donc en gros, il y a une grosse partie vis-à-vis du mental ?

Frédéric Belaubre : C’est vrai. De mental, de temps aussi parce que c’est vrai que ce n’est pas évident de s’entrainer tout le temps. Il y a des gens qui travaillent et qui ont une famille, donc c’est vrai que ce n’est pas évident, mais c’est aussi là que se fait la différence. Je pense que c’est beaucoup dans l’investissement au niveau du temps, de la récupération, c’est là que se fait la différence.

Maxence Rigottier : D’accord. Si vous souhaitez vraiment atteindre un objectif, l’idéal est de faire une grosse gestion des priorités dans sa vie pour mettre le plus important en haut et essayer d’obtenir du temps parce que malheureusement il n’y a que 24 heures dans une journée, donc il ne faut pas faire des choses inutiles.

Frédéric Belaubre : Après, c’est vrai que c’est plaisant aussi de faire un peu tout. Ce n’est pas évident de s’investir autant à fond juste dans son sport, mais c’est ce qui fait aussi la différence après en compétition. Donc il faut faire des choix, et en général, quand on met tout en œuvre pour obtenir quelque chose, on finit toujours par l’avoir.

Maxence Rigottier : Je suis 100 % d’accord avec tous tes propos. Pour finir sur une dernière question, quelle est l’alimentation que tu effectues lors de tes différentes semaines d’entrainement ou à quelques jours d’une compétition importante ?

Frédéric Belaubre : Mon alimentation, c’est le plus équilibré possible. Je ne supprime rien et j’essaye de pas trop augmenter certaines quantités, enfin la quantité de certains aliments. Le plus équilibré possible, je pense que c’est bien, avec quand même des sucres lents évidement pour tenir la charge, mais pas que. Je mange aussi beaucoup de légumes, des protéines, plein de choses comme ça. J’ai la chance d’avoir un partenaire en produits énergétiques qui est INFIT, et qui me permet aussi d’avoir quelques compléments alimentaires au cas où je manque de quelque chose. Ça m’évite de faire des carences. Plus on s’approche de la compétition, plus il faut refaire son stock de glycogène, peut-être manger un peu plus de sucres lents les 3 jours qui précèdent la course. Mais je dirais que le mieux c’est encore d’avoir une alimentation équilibrée et de ne rien faire par excès.

Maxence Rigottier : D’accord. Et vis-à-vis des compétitions, tu bois des boissons énergétiques et tu prends des compléments alimentaires ?

Frédéric Belaubre : à l’entrainement, il m’arrive de faire quelques cures, l’hiver, pour éviter justement tout ce qui est carences. Et en compétitions, je prends des boissons énergétiques et des gels. Et avant la course, soit des gâteaux sport, soit des barres énergétiques.

Maxence Rigottier : D’accord. Et bien merci pour cette interview qui a été une nouvelle fois très enrichissante. On peut également te retrouver sur ton site fredbelaubre

Frédéric Belaubre : Merci.

Maxence Rigottier : Et je te remercie une nouvelle fois et je te dis à bientôt.

Frédéric Belaubre : C’est moi qui te remercie. C’est vraiment sympa. Bon courage à tous pour vos prochains objectifs, bons entrainements, et puis, j’espère à bientôt sur une ligne de départ d’un triathlon. N’hésitez pas à venir me voir si vous avez besoin de conseils.

Maxence Rigottier : Merci à toi Frédéric.

Frédéric Belaubre : OK. A bientôt.

Maxence Rigottier : à bientôt.

Maxence Rigottier : J’espère que cette interview vous a plu. Si c’est le cas, partagez-la sur Facebook ou sur Twitter. Egalement, dites-moi dans les commentaires du blog ce que vous avez pensé de cette interview. C’était Maxence Rigottier de blog course à pied. A bientôt pour de nouvelles vidéos et de nouvelles interviews.

Cliquez sur le bouton “j’aime de facebook” et laissez-moi vos impressions sur cette interview dans les commentaires du blog ! :)

Share Button

Maxence Rigottier

Maxence Rigottier

    2 Commentaires

    •    Répondre

      Salut Maxence

      J’ai enfin pris le temps de lire l’interview…
      Donc de la régularité, de la persévérance, une bonne motivation, pas d’empressement et ça va le faire.

      Merci et @+

      • Salut Stéphane,

        Si tu n’as pas le temps, tu peux enregistrer sur ton ordinateur l’interview
        au format audio…et te l’écouter dans la voiture, dans le métro, dans le train,…
        N’hésite pas à utiliser l’audio si tu n’as pas le temps de lire. C’est comme
        tu veux, tu as l’interview sous le format que tu souhaites. :)

        Tu as parfaitement résumé tous les atouts à avoir pour la course à pied. Je
        rajouterai PLAISIR & PASSION
        . :)

        A très vite.

    Laissez un commentaire

    Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici