-150 DEGRÉS en 3 MINUTES ! Les BÉNÉFICES de la CRYOTHÉRAPIE pour un COUREUR à PIED ?


Voici quelques photos ou j’ai eu la chance d’être “coaché” par Yoann Kowal  en direct du KENYA :

2016-02-09 10.35.27

Voici quelques photos en pleine séance de côtes à Iten au Kenya

2016-02-09 10.35.51 2016-02-09 10.35.52 2016-02-09 10.35.53 2016-02-09 10.28.08 2016-02-09 10.37.43 2016-02-09 10.37.52 HDR 2016-02-09 10.37.53 HDR 2016-02-09 10.37.53 2016-02-09 10.37.54 HDR 2016-02-09 10.37.55 2016-02-09 10.40.52 2016-02-09 10.40.58 HDR 2016-02-09 10.41.01 HDR

Transcription texte de la vidéo : -150 DEGRÉS en 3 MINUTES ! Les BÉNÉFICES de la CRYOTHÉRAPIE pour un COUREUR à PIED ? 

Maxence : dans cette nouvelle vidéo, on va voir ensemble à travers une petite vidéo quel est l’intérêt de faire de la cryothérapie. Je suis actuellement au Kenya. Juste derrière, vous voyez certainement la vallée du rift. Je suis avec Yoann Kowal qui a été champion d’Europe du 3000 mètres steeple en 2014 à Zurich. Tu as aussi une performance de 8 minutes 12 secondes sur cette discipline.

Juste avant, explique-nous ce que tu as réalisé dans la course à pied et ensuite, on va voir ensemble les bénéfices de la cryothérapie pour un coureur à pied.

Salut Yoann.

Yoann : bonjour.

Maxence : est-ce que tu peux rapidement te présenter et nous expliquer tes débuts jusqu’à aujourd’hui dans la course à pied ?

Yoann : on va le faire en bref parce qu’il y a eu beaucoup de courses et beaucoup d’années de pratique. J’ai commencé à 4 ans et demi à Font-Romeu lors de stages d’entraînement de mon papa qui faisait de l’athlétisme et de ma mère également de l’athlétisme et du duathlon. Je faisais déjà un footing de quasiment 2 kms à 4 ans et demi. J’étais déjà assez gaillard assez tôt. J’ai pris goût à l’athlétisme.

Ils m’ont laissé toucher à un peu tous les sports, être libre de faire mon propre choix au niveau activité et mon cœur s’est vraiment accroché à l’athlétisme. Les résultats ont suivi par la suite, donc mini-poussin, poussin, cadet. J’ai fait du demi-fond particulièrement, des longues distances, des 1500 mètres, 3000 mètres steeple. Je me suis un peu testé aux 5000 mètres, 10 kms sur route. J’ai vraiment essayé de toucher à tout avant de me spécialiser sur 1500 mètres pendant quatre ans.

J’ai fait une olympiade, les Jeux de Londres sur 1500 mètres et depuis quatre ans maintenant, j’ai changé de discipline, je suis sur 3000 steeple avec l’objectif cette année des JO de Rio sur 3000 steeple.

C’est une passion depuis très longtemps et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Maxence : les minimas sont à 8 min 22 s ?

Yoann : c’est ça.

Maxence : logiquement, si tout se passe bien, et je te le souhaite, tu vas réussir et on va te voir aux Jeux olympiques de Rio.

Comment tu as découvert la cryothérapie ? Est-ce que tu peux nous expliquer brièvement ce que c’est pour toutes les personnes qui se disent : mais c’est quoi ce jargon spécifique dans la course à pied ?

Yoann : il y a plusieurs styles de cryothérapie. Il y a la simple cryothérapie qu’on peut utiliser avec des Cool Packs, les petits packs de gel qu’on met en congélateur et qui lors d’une blessure ou d’une inflammation servent à refroidir le corps. C’est un système de cryothérapie à part entière.

Et là, celui dont on va discuter, c’est l’aspect un peu frigo. On rentre dans une sorte de frigo où la tête dépasse, pour celle que j’ai pratiquée, par expérience.

Maxence : tu m’avais dit qu’on était à -150° ?

Yoann : voilà, c’est 3 minutes à -150°. On rentre dans un frigo, il y a la tête qui dépasse. Ça peut être électrique ou à azote, et l’azote met des gaz d’azote qui ressortent et on peut tomber dans les pommes si on a la tête dedans, donc il faut vraiment avoir la tête qui dépasse du caisson froid. C’est 3 minutes maximum pour des effets thérapeutiques qui ont été prouvés efficaces, sur la prévention, sur la récupération, et sur beaucoup de points au niveau sportif ou physique et qui sont importants pour nous, sportifs.

Maxence : vous vous posez peut-être la question suivante : qu’est-ce qu’on ressent ? Est-ce que c’est le côté électrochoc ? Est-ce qu’on n’a plus aucune courbature ? explique-nous un peu ce qu’on ressent et combien de temps on est à -150 °.

Yoann : c’est donc 3 minutes maximum. On ne descend pas direct. On ne rentre pas à 150°, ça va progressivement dans la baisse de température et on ressent un effet immédiat. Je ressens l’effet immédiat de jambes un peu plus fluides, moins courbaturées. Je l’ai pratiquée régulièrement après une séance de piste en stage à Font-Romeu l’été dernier et ça m’a vraiment libéré.

Pareil, au niveau prévention des microfissures, des microlésions qu’on peut avoir souvent après une séance de piste assez importante, c’est de la bonne prévention.

C’est un tout. Ça aide aussi pour le sommeil. Ça aide à bien dormir, à bien récupérer, bien enchaîner un gros stage d’entraînement et être d’aplomb pour enchaîner d’autres séances.

Maxence : réduction des lésions, des crampes, des courbatures. On a un second souffle sur son corps.

Yoann : voilà. Pour expliquer un bref, ça aide la circulation du sang. Ça augmente la circulation du sang dans le corps et ça aide le corps à mieux récupérer. C’est un peu en gros le système des chaussettes de contention, mais c’est encore loin de tout ça. C’est un système qui aide à drainer et qui a un effet vraiment positif. D’ailleurs, c’est utilisé dans les pays nordiques comme soin à part entière. C’est sous prescription médicale par les docteurs, donc on est un peu en retard à ce niveau-là en France. Mais je pense qu’on va y venir d’ici peu.

Maxence : vous vous posez peut-être la question suivante : merci Maxence, merci Yoann, mais quel est le tarif ? Est-ce que c’est 30 euros, 50 euros, 500 euros ? Quelle est la fourchette ?

Yoann : en gros, pour une séance de 3 minutes, c’est 40-45 euros. Ça peut aller de 35 à 45 euros. Si on prend un pack 10 séances parce que l’efficacité est prouvée surtout sur 10 séances, on peut s’en sortir pour 300-400 euros pour les 10 séances.

Maxence : concernant la fréquence, c’est plutôt conseillé une fois par jour, une fois par semaine, une fois tous les trois jours, une fois par mois ?

Yoann : l’idéal est de faire une fois par semaine, parce que ça a un coût quand même conséquent et il faut que le corps récupère après ce type de séance. Une fois par semaine pendant 10 semaines c’est vraiment un bon cycle de récup, de prévention. Comme je l’ai dit aussi, ça a prouvé pour les problèmes d’arthrose, d’articulation, tendineux, pour tout ce qui est problème de peau aussi. J’ai même lu des études par rapport à la sclérose en plaque, comme quoi ça diminue vraiment les effets de douleur de cette maladie. C’est vraiment efficace. Donc à tester.

Maxence : n’hésitez pas à tester au moins une fois, notamment si vous avez des varices ou peut-être même une quelconque maladie, ça peut vraiment faire une différence énorme. C’est encore extrêmement méconnu à l’heure d’aujourd’hui.

Est-ce qu’il y a des centres dans toutes les villes ou c’est plutôt principalement dans les villes supérieures à 50 000, 100 000 habitants ?

Yoann : c’est vraiment rare pour le moment. C’est surtout dans les grandes villes qui ont de grosses infrastructures. C’est un coût conséquent pour s’installer un caisson de cryothérapie et ce n’est pas très connu encore pour l’année 2016. On est un peu en retard au niveau français. C’est vraiment les grandes villes, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Paris. Les petites villes comme la mienne à Périgueux ne sont pas encore desservies par la cryothérapie, mais ça va venir, je pense.

Maxence : n’hésitez pas à tester au moins une fois. Pour finir sur une dernière question : est-ce que tu peux nous expliquer ce que t’apportent les stages de course à pied dans ton quotidien et les bénéfices par rapport au haut niveau ? Tu as fait le Portugal, l’Afrique du Sud, là actuellement on est au Kenya, et plus particulièrement à Iten à 2400 mètres d’altitude. Tu as fait l’Afrique du Sud, peut-être même le Maroc ?

Yoann : pas le Maroc, mais les États Unis.

Maxence : pas encore le Maroc. Les États Unis…

Yoann : si le Maroc, j’ai déjà fait.

Maxence : tu as fait au moins 5 à 10 destinations. Qu’est-ce que tu ressens à chaque fois que tu ressors de ces plannings d’entraînement et de stage ?

Yoann : c’est se couper de la vie quotidienne, tout ce qui est facture, problèmes quotidiens. On n’a rien à gérer, on est concentré, focalisé sur la préparation et l’entraînement.

Ensuite, c’est pour éviter la monotonie des parcours réguliers chez moi où je pratique beaucoup de fois le même tour, le matin, le soir, ça devient répétitif et ça devient usant mentalement, fatigant. Quand on a des semaines en ce moment où je suis à plus de 175 kms par semaine, faire le matin et le soir le même parcours pendant plus d’un mois, c’est quand même répétitif et on va dire qu’on se lasse. Donc pour retrouver un peu de plaisir, l’aspect stage aide à ce niveau-là, d’avoir de nouveaux parcours, des nouveaux sites d’entraînement.

Pour le Kenya particulièrement, c’est l’altitude 2400 mètres, des groupes de 200-300 coureurs, des champions qui sont ouverts et disponibles pour pouvoir partager des séances et s’arracher, être encore le meilleur.

Je pense que tout ça, c’est un bon mélange pour essayer de décrocher en tant qu’Européen des médailles, sur les compétitions européennes, mondiales ou olympiques. C’est pour ça que les stages sont utiles. On déconnecte tout. On est focalisé sur l’entraînement. On n’a rien d’autre à faire et on ne peut que se concentrer et s’appliquer dans ce qu’on fait et ça, c’est une chose qui, moi, me tient à cœur et c’est pour ça que je fais beaucoup de stages et j’en referai encore beaucoup j’espère.

Maxence : ce qui est assez magique dans les stages, c’est être focus dans ce que vous faites. Pour vous donner un ordre d’idées, par exemple au Kenya, c’est 40 et 50 euros par jour. Et vous allez avoir toute la pension, le petit-déj, le dîner et le repas du midi. Vous pouvez même avoir un kiné, vous allez avoir le logement compris.

Si vous avez un budget de 2000 euros, vous pouvez sans aucun souci vous faire trois semaines de stage, même en comprenant le billet d’avion. Donc c’est assez sympa. Grâce à ce temps que vous allez économiser de la vie quotidienne, notamment se faire à manger, faire la lessive, toutes ces choses-là qui sont déléguées comme vous payez la prestation, vous pouvez faire le vide quotidien et progresser par la même occasion. Ce qui est magique est d’être à 100 % dans sa bulle et cela, quel que soit votre niveau.

Et en plus, quand vous allez dans certaines destinations, vous avez la chance de rencontrer des champions, comme toi Yoann, je t’ai rencontré il y a deux semaines ou encore des athlètes quelle que soit votre discipline. C’est assez magique.

Merci pour ton retour d’expérience. Si vous ne connaissez pas du tout la cryothérapie, n’hésitez pas à tester une séance et vous renseigner. N’hésitez pas à taper dans Google avec le nom de votre ville. Suivant là où vous habitez, vous aurez peut-être à aller dans la grosse ville régionale, et vous allez avoir un centre pour pouvoir tester ce type de séance.

Si vous avez aimé la vidéo, cliquez sur le bouton « like » juste en dessous et partagez-la. Cliquez sur le bouton juste en dessous.

Et juste avant de vous quitter, il y a un lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email. Vous allez avoir votre cadeau de bienvenue immédiatement.

Si vous visionnez cette vidéo depuis un smartphone, il y a un « i » comme info en haut à droite de la vidéo ou encore dans la description juste en dessous. Au plaisir et à tout de suite pour la vidéo bonus, à très vite pour de nouvelles vidéos sur la chaîne. À bientôt. Bye bye !

Share Button

1 Commentaire

  •    Répondre

    Salut à vous,
    je suis content de voir que des champions européens viennent chez nous en Afrique pour des stages, qui sait peut être vous pousserez à l’installation de caissons de cryothérapie.

Laissez un commentaire

Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici