Les KENYANS sont-ils de “GROS DOPÉS” ?


Au cours des derniers mois, de nombreux scandales de dopage ont éclaté, que ce soit au KENYA ou en RUSSIE. Au cours des 6 derniers mois, je suis allé personnellement 2 fois au Kenya et plus particulièrement à Iten. J’ai visité Nairobi, Eldoret…

REPORTAGE : Spécial investigation – Dopage La face sombre de l’athlétisme

Quelque soit le pays, il ne faut pas se voiler la face, il y a et il y aura toujours des coureurs dopés. La reconnaissance, l’ARGENT, la pression sociale, la notoriété, l’appât du gain,…seront toujours là. Toutefois, je ne pense pas qu’il faut mettre tous les athlètes Kenyans dans le même sac. Ce serait malsain pour les coureurs qui s’entraînent très dur et qui sont propres et honnêtes de ne pas réaliser leurs rêves.

Reportage FRANCE 24 : Le KENYAN peut-il éviter d’être BANNI des JEUX OLYMPIQUES ?

Voici un reportage réalisé par France 24.  Vous apprendrez les différentes procédures mis en place par l’Agence Mondiale Anti-dopage. L’Agence mondiale antidopage doit se pencher, jeudi, sur le cas de l’athlétisme kényan. En jeu, la participation, ou non, du Kenya, géant de l’athlétisme, aux Jeux olympiques de Rio cet été. Alors que le président Kenyatta a ratifié une loi anti-dopage le 20 avril, nos reporters à Nairobi ont recueilli des images et des témoignages qui laissent penser que l’athlétisme kényan est encore loin d’être blanchi.

La réalité économique de la grande majorité des coureurs KENYANS :

Voici quelques photos d’un ami Kenyan que j’ai rencontré là-bas à Iten en octobre 2015 et février 2016. Je lui ai OFFERT un sac d’une quinzaine de kilos pour le remercier. Au Kenya, on vit comme 1 ROI avec 1000 euros par mois. Quand je dis comme un roi, c’est comme 1 ROI. La majorité des KENYANS ont un revenu de 50 à 100 euros par mois soit entre 700 et 1500 kenyans Shilling. Du coup, vous pouvez comprendre que la course à pied est 1 réelle motivation pour sortir de la misère. Gagner 1 compétition majeure Européenne ou un Marathon international va permettre à leur famille de sortir de la misère de tout le restant de votre vie.

2016-02-20 08.37.28 HDR

Un exemple de logement ou habite des coureurs Kenyans pour s’entraîner chaque jour à Iten

2016-02-20 08.37.30 HDR

On est d’accord, il y a mieux comme confort ? On est très loin du confort Européen :)
2016-02-20 08.37.34 HDR

2016-02-20 08.38.12

On est d’accord, on peut difficilement faire plus pauvre ?

2016-02-20 08.38.16

2016-02-20 08.40.38

En route pour l’entraînement…sur les TERRES ROUGES d’ITEN à (2400 mètres d’altitude)

2016-02-20 08.40.41

Les entrainements des KENYANS :

 

2016-02-16 10.25.04

Mardi-jeudi, grosse séance de piste pour la quasi totalité des athlètes Kenyans 

2016-02-16 10.26.12 2016-02-16 10.34.44

Un exemple d’entraînement 

2016-02-16 10.43.02

2016-02-16 11.09.20

La grande gentillesse des athlètes Kenyans

2016-02-16 11.23.25-2

Même s’il y a encore des différents reportages sur le dopage pour le Kenya, je n’accable pas pour ma part les athlètes Kenyans de vouloir être tenté d’être dopés. C’est quelque chose à bannir car c’est injuste pour tous les athlètes propres de tous les autres pays confondus. Toutefois, par rapport à la misère qu’il y a dans ce type de pays, je peux comprendre que certaines athlètes peuvent se doper pour sortir de la misère et offrir le PARADIS à leur famille et proche.

J’espère que l’on verra le KENYA au prochain Jeux Olympiques de Rio au Brésil à l’été 2016.

  1. Imaginez-vous le cyclisme SANS le Tour de France ?
  2. Imaginez-vous le BASKET sans la NBA ?
  3. Imaginez-vous le FOOT sans le Brésil ?
  4. Imaginez-vous le HANDBALL sans la France ?

Ce ne serait plus du tout le même sport…

J’espère que le KENYA respectera les différents protocoles pour ne pas pénaliser les FANS de course à pied devant leurs écrans en août prochain.

Share Button

Maxence Rigottier

Maxence Rigottier

    1 Commentaire

    •    Répondre

      Salut Maxence,
      je viens de lire ton article et je ne pense pas qu’ils aient besoin de se doper pour atteindre les sommets par-ce-que les conditions de vie les obligent à se surpasser pour vivre. Moi je suis camerounais et je sais de quoi je parle, j’ai vu il ont même des espaces d’entraînements, je t’assure qu’il y en a qui n’en ont même pas.

    Laissez un commentaire

    Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici