Méditer les 5 éléments en courant (article invité)


Au dessus de ce message, vous n’avez qu’à cliquer sur le bouton « play » du lecteur Audio pour écouter mon enregistrement audio, il est possible que le lecteur mette quelques secondes avant d’apparaître.

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton « play » ou le télécharger en cliquant sur « télécharger » ou en faisant un clic droit ici puis « enregistrer le lien sous…. »

Note très importante : Je vous conseille de mettre cet enregistrement audio dans votre baladeur, Ipod,…et une fois que vous avez vos baskets et que vous êtes prêt à courir, démarrer l’enregistrement audio. 

Durée du footing : 27 minutes
Séance de méditation statique en fin de footing : 12 minutes

Cette méditation peut être pratiquée en vélo (route et VTT), en marche sportive...

Note très importante : Cet article est un article invité d’Arnaud Guetcheu du blog Terres de Repos

Vous pouvez retrouver Arnaud Guetcheu :

ARNAUD-RELIEF-WEB– Sur son blog Terres de Repos

– Sur sa page fan facebook

Courir en s’inspirant des traditions martiales par Arnaud Guetcheu

Bonjour à tous,

j’ai le plaisir de vous exposer brièvement une méditation inspirée du bouddhisme tibétain qui s’appuie sur les cinq éléments. J’ai pratiqué longuement cette méditation de façon traditionnelle, assis sur un coussin. Je suis pratiquant du bouddhisme tibétain depuis 1992 et ai réalisé deux longues retraites (1 an et 4 ans) coupé du monde dans un cadre traditionnel au sein de la lignée Shangpa-Kagyu. C’est dans ce cadre que j’ai pratiqué ce que je vais vous proposer aujourd’hui dans une version « light » pour débuter.

En 2000, j’ai fait la rencontre d’un détenteur français d’un art martial tibétain en voie de disparition. Alors que je ne courrais jamais, je suis allé faire un footing d’une heure dans l’arrière pays niçois accidenté avec lui. Il m’a fait courir en méditant sur les cinq éléments. J’ai été surpris des bienfaits de cette méditation que je n’avais jamais envisagée pour le footing. Les cinq éléments ici ne sont pas ceux de la tradition énergétique chinoise mais ceux de la tradition himalayenne.

En rencontrant Maxence Rigottier j’ai pensé utile et original de vous proposer cette méditation, ce sera une façon nouvelle de courir, en espérant que cela puisse vous être utile.

Attention, les bienfaits et l’efficacité de cette méditation passe par une période de familiarisation avec la méthode et sa pratique régulière. Je vous invite à considérer cet enregistrement live (et douloureux pour mes jambes de fainéant !) comme une brève séance de découverte ; je vous invite à noter les points essentiels, puis à courir régulièrement avec ces instructions.

Durant ce footing, je n’ai abordé cette méditation que sous son angle « extérieur », pour qu’elle soit complète d’autres instructions sont nécessaire. Mais il faut commencer par un bout, s’y familiariser. Ce n’est qu’après cette phase que l’on peut envisager la suite.

L’ordre avec lequel se succèdent les éléments médités est important : les éléments sont médités du plus grossier au plus subtile. C’est ainsi une façon de focaliser notre esprit, notre attention et notre discernement sur des supports de plus en plus subtils.

Au moment de l’endormissement, de l’éveil et de la mort, les éléments se résorbent également dans cet ordre… Chaque phase de l’endormissement et de la mort sont accompagnées par « l’émergence » et la « résorption » successives des éléments. A chaque phase, des signes particuliers se manifestent et sont accompagnés d’émotions ou de joies. Si nous sommes familiers avec cette méditation, la dissolution des éléments à ces moments-là peut être vécue en pleine conscience. Si nous n’y sommes pas familiers, en particulier au moment de la mort, ces dissolutions peuvent être source de grandes peurs, angoisses émotions… Mais c’est là un sujet éloigné de la course, j’en resterai là.

J’espère que cette façon de courir vous inspirera. Si vous vous essayez à cette méditation en courant, je vous invite à venir poster régulièrement vos commentaires sur mon blog Terres de Repos.tv. Je vous donnerai quelques compléments lors d’une prochaine vidéo à ceux qui auront pratiqué régulièrement cette méditation.

Voici un résumé des grands axes abordés aujourd’hui lors de l’enregistrement:

– Méditation des 5 éléments : terre, eau, feu, air, espace

Méditer chaque élément au niveau du corps, puis au niveau de l’environnement.

– Intégration : intégrer tout ce qui survient à la méditation (intégrer l’environnement et nos pensées)

– Avec la familiarisation, chacun trouvera en les éléments des antidotes à ses besoins propres (fatigue, lourdeur, manque de rythme…)

– La respiration peut aider à niveler le terrain (longues expirations en descente 3/5, longue inspiration en montée 5/3)

Dans une version plus avancée de la méditation il y a des couleurs associées aux éléments, des formes géométriques, des rayonnements…

Lorsque la pratique est familière et après qu’elle ait été pratiquée longuement, on peut aborder un aspect plus « secret » en lien directe avec notre esprit ; chaque élément caractérisant un aspect de la nature de l’esprit… Aborder ce thème est prématuré aujourd’hui.

Méditer ces éléments a une influence sur nos émotions perturbatrices.

  • Méditer l’élément terre pacifie l’orgueil sous ses formes grossières et subtiles.
  • Méditer l’élément eau pacifie l’opacité mentale
  • Méditer l’élément feu pacifie le désir-attachement….
  • Méditer l’élément air pacifie la jalousie

Durant l’enregistrement, j’ai fait une confusion en disant que l’élément eau purifie la colère.

Cette méditation est un moyen simple mais profond pour focaliser notre attention et lui faire quitter les cogitations habituelles. C’est un excellent moyen pour intégrer les sensations et l’effort dans la méditation. J’ai également abordé une notion très intéressante :

Durant la course, répétez-vous ces 5 pensées :

  • Il n’y a personne qui cour
  • Il n’y a pas de distance
  • Il n’y a pas de durée
  • Il n’y a pas de chemin (parcours)
  • Il n’y a pas de destination

Le blog de Maxence n’étant pas dédié aux explications extensives en matière de méditation, je dirai simplement, pour faire bref et simple, que ces 5 pensées permettent de cultiver le lâcher-prise et développent la capacité à reposer notre esprit.

Faites une pause en mouvement

Dans le même sens de marche, courrez en marche arrière et dites-vous ces 5 phrases pendant quelques foulées. Puis reprenez la marche avant. C’est un moyen très efficace pour « rompre la ligne d’effort » et lui redonner un coup de fraîcheur.

Au moment de reprendre la marche avant, méditez l’élément vent. Sans faire de miracle, il vous donnera cependant de la légèreté. Vous pouvez y associer aussi une dose de feu pour vous aider à relancer la machine.

En regardant les J.O. j’ai imaginé un athlète de demi-fond relancer ainsi la machine… ;)

Ce changement de rythme en passant par quelques foulées en marche arrière est courant dans les entraînements physiques ; lui associer ces 5 pensées permet à l’esprit de se relâcher et de créer une micro-pause sur le plan de la sensation de fatigue. Cette micro-pause est une brèche au cœur de laquelle nos ressources peuvent jaillir… Les joueurs de tennis qui se mettent la tête sous une serviette pendant le match utilisent une technique toute proche… Pendant les J.O j’étais mort de rire en entendant le commentateur donner sa version…

Et vous ?

Avez-vous déjà fait un footing méditatif ? Si oui, dans quelles circonstances ? Si non, pour quelles raisons ? Laissez-moi votre opinion dans les commentaires du blog. ;)

Bonne course à vous… et n’oubliez pas de me faire part de vos expériences.

J’ai créé une page dédiée aux coureurs : Terres de Repos.tv 

Share Button

Maxence Rigottier

Maxence Rigottier

    3 Commentaires

    •    Répondre

      Ayant commencé la méditation il y a quelques mois, j’ai un jour songé à chercher ce lâcher-prise pendant mes séances de course à pieds pour me détacher de l’effort physique.

      Ce n’est pas toujours évident, il faut trouver son rythme, mais lorsque j’y arrive j’ai l’impression d’être dans une autre dimension où le corps se meut complètement naturellement et où l’esprit est en suspend, s’abandonnant au rythme de la course qui devient naturel et confortable.

      J’ai découvert votre blog par hasard et suis ravie de trouver de nouvelles suggestions de méditation en courant. Je ne les ai pas encore essayées mais je vous remercie de ce partage, cela donne envie d’essayer!

    •    Répondre

      Super génial, merci beaucoup à vous deux de cet excellent partage !

      Cela m’a donné l’envie d’aller courir !

    Laissez un commentaire

    Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici