Courez-vous pendant vos vacances ?


Actuellement, je suis en Thaïlande. Je voulais laisse admirer les superbes plages et les paysages de la Thaïlande à travers mon article « Courir en nature : spéciale Thaïlande ».

Dernièrement, je me posais la question suivante :

Faut-il s’entraîner quand on est en vacances ou au contraire, est-ce qu’il faut tout stopper ?

Les vacances sont relaxantes et sont faites pour se reposer. Cependant, on a des fois envie de courir, de faire un petit footing, de se détendre en allant trottiner. Voyons tout de suite ensemble les avantages et les inconvénients de courir lorsqu’on est en vacances.

Les avantages d’être en vacances pour aller courir

1. Avoir plus de temps libre

L’avantage numéro 1 d’être en vacances, c’est que l’on a beaucoup plus de temps libre pour nous-mêmes. Pas besoin d’aller à son travail, une journée entière s’offre à nous. On peut soit aller courir tôt le matin au réveil, soit le midi, l’après-midi, le soir… On n’a toute la journée pour faire notre entraînement ou non si l’on n’en a envie.

Toutefois, si vous êtes en vacances dans un endroit où il fait très chaud, courir très tôt le matin ou tard le soir sont les meilleures solution pour vous afin de ne pas trop souffrir de la chaleur.

2. Pouvoir s’entraîner 1 à 2 fois de plus par semaine

Votre emploi du temps est très chargé ? Votre temps est limité pour la pratique de vos loisirs ? Les vacances sont l’occasion rêvée pour vous de vous entraîner une à deux fois supplémentaires dans vos vacances. Si vous courez juste une fois le dimanche pour entretenir votre forme, c’est le moment d’essayer de courir un peu plus pour progresser en fonction de votre envie.

Par exemple, si vous vous entraînez une à deux fois par semaine, vous pouvez augmenter la fréquence de vos séances pendant vos vacances (passer à 3 fois par semaine).

3. Pouvoir participer à un stage de course à pied

Dans une interview que j’avais réalisée avec Jean François GIL qui est éducateur sportif et qui s’occupe des stages de course à pied chez sport Azur, il évoquait que beaucoup de coureurs attendaient leurs vacances pour effectuer un stage de course à pied afin de découvrir un cadre inhabituel pour pratiquer la course à pied. Un stage de course à pied est le meilleur moyen de rencontrer d’autres coureurs, de découvrir une nouvelle région ou une nouvelle ville. Pour finir, vous pourrez alors poser toutes vos questions à des experts de votre domaine grâce à un stage de course à pied (être en contact direct avec des coachs).

4. Testez l’entraînement biquotidien

piste-athletisme-usa

Testez le biquotidien © Fabien Pfaender

Lorsque vous avez du temps libre, une chose que vous pouvez tenter sur quelques jours, c’est de vous entraîner de manière biquotidienne. L’entraînement bi quotidien, c’est s’entraîner 2 fois par jour. L’idéal est une fois le matin au réveil et la seconde fois le soir avant le souper.

C’est une expérience à tenter pour les personnes qui s’entraîne pas mal. Par contre, dès que vous sentez une douleur qui s’installe, n’hésitez pas à stopper vos entraînements sous risque d’avoir une blessure. Je l’ai déjà expérimenté plusieurs fois. Voici mon ressenti :

  1. 1er jour : Grande énergie et aucune fatigue
  2. 2ème jour : Début de la fatigue (le corps ressens le changement de rythme des séances).
  3. 3ème jour : Fatigue plus intense (les foulées sont plus durs au départ et l’échauffement moins léger).
  4. 4ème jour : Footing de récupération

Quand on s’entraîne 4 fois par semaine, on peut tenter l’entraînement biquotidien pour obtenir une riche expérience dans la course à pied. Elle demande du temps mais dans ces moments là, vous allez vous dire : Mais comment font-ils, les athlètes qui arrivent qui pratiquent le biquotidien ?). Je leur dit CHAPEAU car quand on tente l’expérience, on s’aperçoit que la fatigue arrive très vite dans nos jambes. :(Je vous invite à lire ou relire ma chronique courir avec les Kényans ou les meilleurs Kényans du Monde s’entrainent 3 fois par jour. C’est leur seul activité mais je les admire quand même. Trois fois par jour, il n’y a plus de mots pour le décrire ou inventer le mot “tri-quotidien”. ;)

Les inconvénients d’être en vacances pour aller courir

1. Sortir de notre routine quotidienne et de notre cadre

Dès que l’on a du temps libre, on en profite souvent pour aller voir sa famille, pour voir ses amis… On sort complètement du cadre de notre vie et de notre propre routine quotidienne. Si l’on est réglé dans sa tête d’aller s’entraîner le mardi, jeudi dimanche dans son club et que l’on se retrouve en vacances avec sa famille ou ses amis, il est plus dur de continuer à s’entraîner. Les distractions sont nombreuses.

2. Être en vacances avec ses amis, sa famille (on se couche tard donc plus dur pour aller courir).

Cela nous arrive à tout le monde, on est avec ses amis, on fait des soirées. Bref, on se couche tard. La fatigue s’accumule au quotidien. La motivation est moins présente car l’on veut profiter de chaque instant avec nos amis, notre famille. Les moments peuvent être rare car votre emploi du temps est très chargé. On se couche à des horaires bien différentes par rapport à notre quotidien. C’est un inconvénient des vacances ou l’on se couche tard. Mieux vaut ne pas courir plutôt que de courir fatiguer.

3. Les températures extrêmes (la chaleur ou le froid)

courir-dans-la-neige

courir dans la neige ou le froid © Flikkesteph

C’est quelque chose que je vis actuellement. Je suis en Thaïlande, c’est l’été et il fait plus de 30 degrés partout dans le pays. Les saisons sont inversées. En France, les températures avoisinent les 0 degré ou les températures négatives. Quand il fait très chaud, le moindre effort est plus difficile. Le soleil nous assomme.

Cependant, un autre inconvénients pour courir, c’est le froid. Si les températures sont à -10° degrés, si le verglas est omniprésent, courir devient un véritable parcours du combattant. Même si vous êtes en vacances et que votre temps libre est plus grand, à chaque fois que les températures sont extrêmes (grosse chaleur ou grand froid), il est difficile de courir.

L’importance de faire des coupures de 10 jours à 2 semaines dans vos entraînements

Quelle que soit la compétition que vous préparez, quelque soit la saison que vous allez effectuer (Hors Stade, piste, cross country, trail…), même si vous avez beaucoup de temps libre, n’oubliez pas de faire une coupure de 10 jours à 2 semaines dans vos entraînements. Par exemple, vous préparez la saison de cross de mi-octobre à fin février. Ensuite, vous voulez préparer votre saison sur piste et faire des compétitions ou des meetings en mai, juin, juillet. Le but est de faire une coupure fin février à la fin de votre saison de cross pour que votre corps puisse se régénérer afin de préparer au mieux votre saison de piste.

Après 2 semaines d’inactivités, l’entraînement est un peu plus dur pour la reprise, les jambes plus lourdes mais vous allez repartir de plus belle. ;)

Conclusion :

Les vacances seront pour les uns, un atout supplémentaire pour pouvoir s’entraîner davantage alors que pour les autres, les vacances seront l’occasion rêvée pour faire une coupure dans leur entraînement.

Et vous ?

Est-ce que vous vous entraînez lorsque vous êtes en vacances ou au contraire, c’est l’occasion de tout stopper. Laissez-moi votre avis dans les commentaires du blog juste en dessous. ;)

Share Button

Maxence Rigottier

Maxence Rigottier

    2 Commentaires

    Laissez un commentaire

    Envie de PARTICIPER à 1 STAGE COURSE à PIED au KENYA, ÉTHIOPIE, MAROC ?Cliquez ici